RENCONTRE AVEC KEVIN FAVRAT

Kevin Favrat est professionnel des ressources humaines dans le secteur du tourisme. Dans son entreprise actuelle il a pu mettre en place des groupes de réflexion sur la santé au travail : recherche de solutions, partage d’expériences… Les salariés contribuent à la prise en charge de leurs problématiques, de l’intérieur ; que ce soit sur des sujets comme l’endométriose, le cancer, et plus généralement les maladies chroniques ou le travail des aidants. Il a généreusement accepté de partager son expérience avec ALLO Alex et nous fait part de la nécessité d’ouvrir le débat sur la question de la maladie au travail.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Kevin Favrat et je travaille comme responsable recrutement chez Comptoir des Voyages et Nomade Aventure. Deux structures qui évoluent dans le monde du tourisme. J’ai intégré ces structures il y a plus de deux ans. J’ai un parcours professionnel de plus de dix-huit ans dans les RH ou j’ai pu travailler aussi bien sur les aspects recrutements, formation, relations écoles que développement des compétences. Je suis aujourd’hui référent Cancer@Work au sein de mes structures et j’anime, avec ma collègue Elisabeth, un collectif de salariés autour des questions des maladies au travail ainsi que du rôle d’aidant.

En quoi la conciliation entre maladie et travail est-il un sujet pour vous ?

Tout ce qui impacte nos salariés est un sujet pour nous. Nous le voyons d’autant plus actuellement, car depuis mars 2020, nous sommes tous en activité partielle et en télétravail.

Pour ce qui est de la maladie, qu’elle soit personnelle ou qu’elle soit vécue par un proche, on ne peut nier l’impact sur nos salariés. Pouvoir dire à nos équipes que nous sommes là et que nous sommes prêts, dans ces moments délicats, à les écouter et les aider est source de confiance. Cela est aussi, il me semble, le rôle de toute entreprise responsable.

En tant que professionnel quelles sont vos principales problématiques en lien avec l’inclusion de la maladie au travail ? Comment y remédiez-vous ?

Je parle de manière générale et pas chez mon employeur actuel.
J’ai été confronté à l’incompréhension de la part de certaines équipes qui peuvent voir un « désintérêt » de leur collègue dans le collectif de travail. Or, parfois comme les choses ne sont pas dites au sein de l’équipe, il n’est pas possible d’avoir un regard avisé (et encore moins bienveillant) sur son•sa collègue. Des retards répétés le matin peuvent s’expliquer si on doit s’occuper de quelqu’un de malade et le salarié prétextera peut-être un retard de son train. De la même manière un salarié malade peut avoir besoin de temps pour s’occuper de lui sans pour autant être mis de côté par son manager… Qui lui-même peut penser bien faire en ne l’incluant pas dans tel ou tel projet afin qu’il•qu’elle prenne du temps pour lui•elle. Ces situations, une fois qu’elles sont connues et qu’un échange se met en place, peuvent être plus facilement résolues.

Mettez-vous en place des actions pour accompagner les différentes situations (patients, aidants) ? Si oui, pouvez-vous nous en dire plus et partager vos bonnes pratiques ?

Notre première action au sein de nos structures a été d’expliquer à nos salariés pourquoi nous avions rejoint le collectif Cancer@Work en 2019. De là, des réunions d’informations se sont réalisées et un baromètre a été mis en place pour connaître précisément les besoins de nos salariés sur ces sujets. Chaque société a fait ressortir des sujets d’importance : l’impact que peuvent avoir l’endométriose, les maladies chroniques ou encore le rôle d’aidant sur le quotidien des salarié•e•s et leur travail.

Depuis mars 2020, nous avons réalisé des réunions d’échanges avec un collectif de volontaires dans la structure. Nous avons comme but de proposer à nos directions un plan d’actions simples et efficaces nous permettant de libérer la parole et de donner les clés aux équipes pour traiter ces situations dans le quotidien professionnel.

Quel intérêt à mieux concilier maladies et travail pour les entreprises selon vous ?

Montrer que nous pouvons aider aussi nos salariés dans leur quotidien… Un salarié qui est avec là, depuis un, cinq, ou quinze ans, que vous voyez dans vos locaux plus de deux cents jours par an pour environ huit heures quotidiennement c’est parfois une relation plus longue qu’avec des amis, voire plus régulière qu’avec certains membres de votre famille. Montrer de la considération et du respect dans la gestion de la maladie c’est aussi faire preuve de bon sens et d’humanité… Nous savons que nous serons « gagnants » avec ce type de démarche sur le long terme.

Comment améliorer la prise en compte des problématiques des aidants en entreprise selon vous ?

En en discutant dans un premier temps. Un manager avisé peut anticiper certaines problématiques que l’aidant rencontre. Il peut aussi lui apporter quelques solutions ou points de vue pouvant l’aider dans sa situation car il a peut-être été confronté à cette situation auparavant.

Les statistiques le prouvent : nous sommes de plus en plus nombreux à être touché de prêt ou de loin par les maladies chroniques (25 % de la population active en France d’après Cancer@Work*). Ce qui veut dire que dans une équipe de 10 personnes, si vous êtes confronté à ce type de problématique (malade ou aidant), 1 voire 2 autres collègues sont ou ont été dans le même cas que vous. Ils•elles peuvent certainement vous aider dans votre quotidien !

Il est important d’individualiser les situations en prenant en compte les besoins de chacun (entreprise et salarié).

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ? Un conseil, un partage ou un souhait par rapport au sujet ?

Ouvrez le débat dans vos structures. Déterminez dans vos équipes des femmes et des hommes capables de faire vivre ces projets, cela vous sera bénéfique dans l’avenir.

Pour les salariés malades ou aidants : prenez un temps avec votre manager ou un collègue proche pour évoquer votre situation si vous en ressentez le besoin.

Merci Kevin pour votre témoignage !

 

Si vous aussi, comme Kevin, vous souhaitez témoigner de votre expérience de la maladie au travail, contactez-nous à l’adresse alloalex@wecareatwork.com

 


Selon le rapport du Conseil économique social et environnemental CESE sur les maladies chroniques publié en 2019, « [les maladies chroniques] affectent 15 % de la population active. Elles pourraient concerner 25 % de la population active d’ici à 2025. »