RENCONTRE AVEC ÉMILIE

Émilie a eu un cancer du sein il y a quelques années. À l’époque, elle découvre la méditation dans un cadre thérapeutique, ce qui lui permet de traverser la période des traitements plus sereinement. En effet, il est reconnu que la méditation, dans ce cadre, permet de faire baisser le niveau de stress et d’apprendre à mieux gérer les situations d’anxiété. Cette découverte lui a fait prendre un tournant dans sa vie professionnelle. Elle répond aux questions d’ALLO Alex, nous parle de son parcours, de l’entreprise familiale à l’instruction de méditation de pleine conscience.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Émilie Euillet, j’ai 42 ans. Je suis mariée à Stéphane et nous avons 2 enfants : Loan qui a 14 ans et Zia qui a 11 ans. J’habite en banlieue toulousaine.

Quel est votre métier et depuis quand l’exercez-vous ?

Je suis la fondatrice de l’app de méditation Je me pause, et à ce titre, je m’occupe du développement et de la promotion de cette application.
Je suis également instructrice en méditation de pleine conscience et j’enseigne le programme MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction) (1) depuis fin 2020.

Comment s’est passée l’annonce de la maladie ? 

On m’a diagnostiqué un cancer du sein à l’âge de 35 ans. C’était un cancer de grade 3 et d’origine génétique. À l’époque, je gérais une entreprise de transport et de douane avec mon père dans un premier temps, puis avec mon frère. J’ai travaillé dans cette entreprise pendant seize ans.

À l’annonce de la maladie, j’ai eu besoin de prendre de la distance et de faire une pause d’un an afin de me recentrer et de me soigner (8 chimios, double mastectomie, 30 tomothérapies*).

Comment s’est passée la période des traitements ? 

J’ai eu la chance de travailler en famille et de pouvoir m’offrir la possibilité de m’éloigner un peu du quotidien de l’entreprise. Alors, j’ai très peu travaillé pendant un an, j’ai préféré me recentrer sur moi, revenir à l’essentiel. Bien sûr je suis restée disponible pour répondre aux questions sur les dossiers en cours mais globalement ils ne m’ont pas trop sollicitée.

Au bout d’un an, à la fin des traitements, je suis passée en mi-temps thérapeutique pour trois mois afin d’avoir une reprise en douceur.

Qu’est-ce qui vous a aidée à faire face à la maladie ?

C’est au début de ma chimio que j’ai découvert la méditation, ce qui a totalement changé ma façon de vivre la maladie. Lorsque j’ai repris mon activité professionnelle, c’était compliqué, ça n’avait plus vraiment de sens pour moi.
Quelques mois plus tard, j’ai osé créer l’application de méditation dont je rêvais pendant toute cette période. Une façon pour moi de redonner du sens à ma vie, de partager ce qui avait été une ressource incroyable et de faire de cette maladie un cadeau de la vie. 

Comment avez-vous découvert la méditation dans le cadre thérapeutique ?

Très simplement, ma tante m’a conseillé de regarder sur YouTube une conférence de Christophe André qui parlait du programme MBSR. Je ne connaissais absolument pas ce protocole, ni même la méditation d’ailleurs, je n’en avais jamais fait.
Je me suis donc renseignée sur Internet et j’ai trouvé une instructrice dans ma région. Elle m’a confirmé que ce type de programme avait été à l’origine créé dans le cadre du soin pour des malades chroniques ou atteints de cancer. Je me suis donc inscrite sans aucune hésitation.

Cette découverte a donné naissance à un projet. Pouvez-vous nous en parler?

J’ai commencé en partageant mon temps : j’ai continué à travailler le matin dans les transports et l’après-midi je travaillais sur l’application pendant plus d’un an. J’ai fait appel à un développeur pour la partie technique. J’ai contacté des instructeurs MBSR et MBCT (2) certifiés pour l’écriture des méditations. C’est ensuite moi qui les enregistre en studio.

Au fil du temps, j’ai eu envie de concentrer 100 % de mon énergie sur le sujet de la méditation, c’était vraiment là que je me sentais épanouie alors j’ai quitté l’entreprise familiale, et j’ai intégré la formation d’instructrice MBSR. Depuis maintenant deux ans, je me consacre totalement à ces nouvelles activités.

L’application Je me pause  s’adresse aux patients en oncologie dans un premier temps, à leurs aidants et à l’ensemble des soignants. Il y a un programme gratuit de 7 méditations pour découvrir la pleine conscience. Il y en a également un autre gratuit de 10 méditations pour mieux vivre avec des douleurs chroniques, le reste du contenu est sous abonnement. On peut trouver des méditations avant et après un RDV médical, à faire pendant une hospitalisation, ou avant une opération par exemple. Récemment, j’ai ajouté un programme pour accompagner les personnes en cours de chimio.

Il y a aussi gratuitement un exercice de cohérence cardiaque pour retrouver rapidement son calme. J’ai eu également envie de proposer un gong paramétrable pour se rappeler régulièrement de respirer et de revenir à soi plusieurs fois dans la journée.

Quels sont vos trois conseils pour mieux concilier maladie et travail ?

C’est une bonne question !
Au travers de mon histoire, ce qui a été important pour moi c’est d’avoir pu prendre le temps nécessaire de me soigner. Durant cette pause, j’ai appris à me replacer au centre de ma vie et c’est, me semble-t-il, une clé indispensable pour devenir acteur de sa santé.

Je crois que c’est important aussi de savoir bien communiquer avec son entreprise en donnant régulièrement des nouvelles par exemple.

Enfin, je me rends compte aussi que lorsque l’on prend du recul, c’est souvent une jolie occasion de se questionner sur le sens de sa vie et de ce que l’on a envie pour la suite. On peut parfois se faire accompagner d’ailleurs. En tout cas pour moi, ce questionnement est essentiel pour vivre sereine et heureuse.   

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Si vous avez des questions sur le programme MBSR ou la méditation en général n’hésitez pas à me contacter, je réponds toujours aux messages que je reçois. Vous pouvez me retrouver sur Instagram où je suis très présente ainsi que sur Facebook.

À bientôt.

Merci Émilie !

 

Retrouvez Je me pause sur les réseaux sociaux !

 

Si vous aussi, comme Émilie, vous souhaitez témoigner de votre expérience de la maladie au travail, contactez-nous à l’adresse alloalex@wecareatwork.com

 


*tomothérapie : la tomothérapie est une radiothérapie de grande précision, elle combine l’utilisation d’un système d’imagerie par scanner à un appareil de radiothérapie.

(1) MBSR : il s’agit du programme Mindfullness-Based Stress Reduction, autrement dit « La réduction du stress basée sur la pleine conscience ». C’est un programme éducatif et préventif qui a été créé par Jon Kabat-Zinn, docteur en biologie moléculaire et médecin en 1979, qui décide d’introduire les pratiques de la méditation et du yoga dans un contexte hospitalier. (Source : Association pour le développement de la Mindfullness)

(2) MBCT : il s’agit du programme Mindfulness-Based Cognitive Therapy qui signifie « La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience ». Il a été conçu pour prévenir la rechute dépressive et s’adresse plus particulièrement aux personnes souffrant de dépression répétée. (Source : Association pour le développement de la Mindfullness)