RENCONTRE AVEC CAROLINE

QUE DEVIENT-ELLE ?

 

Nous avions eu le plaisir de découvrir Caroline en 2018, elle était alors marketeuse, auteure et interprète. Elle consacre désormais sa vie à l’écriture, au théâtre et à la transmission de son parcours de résilience. Son livre Le Complexe du trampoline ou comment j’ai réussi à rebondir face aux galères de ma vie ! vient de paraître.

 

Que s’est-il passé pour toi depuis ta première interview pour ALLO Alex il y a trois ans ? 

Depuis trois ans, j’ai continué à jouer le one woman show La Chauve SouriT dans toute la France jusqu’au premier confinement. Je me suis notamment rendue compte à quel point ce spectacle est devenu malgré moi un support qui permet la sensibilisation au handicap invisible que peut être la maladie. 

Le rire a été un levier très important pour moi lorsque j’ai eu à traverser des épreuves. Il permet de prendre le relai lorsque les situations sont trop difficiles à accepter, à vivre. Face à un public, le rire permet également de dédramatiser, de relativiser, de prendre du recul, de dissoudre le jugement, de libérer la parole et de fédérer. Il permet de faire passer des messages importants avec une certaine universalité.

J’ai également eu la chance que mon 1er livre, Le Complexe du trampoline ou comment j’ai réussi à rebondir face aux galères de ma vie ! paraisse aux éditions Flammarion en février 2021. Je suis ravie des retours super positifs des lecteurs. Les avis sont unanimes ! « Moi Caroline, 39 ans, résiliente multirécidiviste : burn out à 28 ans, cancer à 32, FIV à 35, infertilité déclarée à 36… Une belle vie de merde ! Mais j’ai décidé d’en tirer des leçons positives et de donner un sens à ma vie. » Dans ce développement existentiel humoristique et thérapeutique, sous forme de petit guide pratique, je vous livre avec authenticité et désinvolture mon expérience, mes principales leçons de vie. Je vous invite à vous questionner pas à pas sur votre histoire et sur le sens que vous souhaitez donner à votre vie. Je vous offre aussi, mes « trucs et astuces au cas où ! » accompagnés de mots d’experts psychologues.

Je suis également en train de développer un projet dont j’ai déposé la marque : Résilience & Vous, au travers duquel je propose des conférences et des ateliers thérapeutiques afin d’accompagner les personnes sur leur chemin de résilience. 

Comment est né ton projet d’écrire un livre ?

Parce que j’écris depuis toujours, j’écrivais notamment pour les mariages et les cérémonies funéraires. J’avoue que j’aimais bien faire rire aux enterrements. 

J’ai eu ensuite envie d’écrire pour moi, lorsque je suis tombée malade, j’écrivais tout ce que j’observais, ce qui me faisait rire, mes analyses, mes questionnements existentiels … c’était une manière pour moi de ne pas oublier, c’était aussi un exutoire. À cette période j’écrivais aussi pour ma famille, l’idée était de laisser une sorte de témoignage posthume humoristique à mes proches au cas où je ne passe pas le cap. 

J’ai ensuite eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, de ces écrits est né le one woman show La Chauve SouriT dans lequel je raconte avec beaucoup d’humour mon combat contre le cancer. Et lors d’une de mes dates j’ai eu la chance qu’une éditrice vienne assister au spectacle. Elle a adoré le ton très humoristique et décapant par lequel j’arrive à faire passer des messages importants, des messages thérapeutiques. À la fin de chaque prestation les gens viennent systématiquement me voir pour me demander comment j’ai fait pour rebondir à chaque épreuve. Il était temps pour moi de partager mon expérience, et, à défaut d’être mère, de transmettre, mais également que ce livre soit utile à tous au-delà de mon témoignage en permettant au lecteur d’y trouver des clés pour avancer. Étant moi-même thérapeute, cet aspect a beaucoup de sens pour moi. 

Que peut-on trouver dans ton livre ?

Nous avons décidé d’en faire un développement existentiel humoristique et thérapeutique sous la forme d’un guide pratique. Pour que ce livre soit utile et ludique à tous, le lecteur y trouve une partie récit de vie, témoignage, qui est le fil rouge du livre, et à chaque fois une petite analyse, le mot d’un expert psychologue et des fiches trucs et astuces qui lui permettent de bénéficier de conseils et de questions pour, s’il le souhaite, trouver des clés, avancer sur lui-même, se développer ou questionner sa propre histoire et peut-être gagner du temps sur le planning de sa vie. 

Les thèmes abordés dans ce livre sont universels et correspondent aux leçons que j’ai apprises tout au long de mon parcours à travers mes principales expériences que sont mon éducation, l’armée, le burn-out, la maladie et les problèmes de fertilité. Le lecteur peut y comprendre comment on se construit, y apprendre à faire le tri dans les croyances familiales, savoir dire non, comment sortir d’une relation toxique, éviter le burn-out et l’identifier, parler à son enfant intérieur, apprendre à gérer ses angoisses, à écouter son corps, savoir se faire plaisir, écouter sa petite voix intérieure, cheminer vers l’acceptation, lâcher prise, être acteur de sa vie, savoir demander de l’aide, faire la liste de ses envies, tirer le positif des situations, faire preuve de résilience et bien d’autres choses encore…

Ce format est innovant et intéressant car il permet au lecteur par exemple de lire dans un premier temps la partie récit et petite analyse accompagnée d’un mot d’expert psychologue et ensuite d’y revenir pour piocher dans les trucs et astuces qui l’intéressent.  

Quel impact a eu ta maladie sur ta vie professionnelle d’aujourd’hui ?

Lorsque j’ai repris le travail après mon cancer, j’ai ressenti assez rapidement un décalage entre mes valeurs fondamentales et le métier de chef de projet marketing que j’exerçais. J’ai eu un profond besoin de donner du sens à mon activité et de me faire plaisir dans ce que j’entreprends. J’ai donc décidé de devenir ce que je suis réellement. J’ai repris mes études et me suis reconvertie. Je suis aujourd’hui psychopraticienne spécialisée en résilience. En osant jouer le one woman show, La Chauve SouriT je me suis découvert un nouveau talent et je continuerai tant qu’elle poursuivra son envol. 

Au-delà de la sortie de ce premier livre, je poursuis également l’écriture et travaille actuellement sur plusieurs projets qui me permettent de répondre à ce besoin de partage, de transmission auprès du grand public. 

Comment t’es-tu mise à ton compte ? 

Je suis auto-entrepreneure dans le cadre de mon activité de psychopraticienne, conférencière et animatrice d’ateliers. J’ai également le statut d’intermittente du spectacle dans le cadre de mon one woman show. 

Je n’ai pas bénéficié d’aides, ni de la RQTH [NDLR. La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé], ni d’autre dispositif. Je le regrette d’ailleurs, mais à l’époque je ne connaissais pas leur existence. 

Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire actuelle sur tes projets ?

Comme beaucoup de mes collègues artistes, il a fallu reprogrammer, parfois annuler certaines dates et enfin nous adapter à ce nouveau contexte. Nous avons su faire preuve de créativité ! Je propose donc des évènements en distanciel.

Si je te reposais la question, « À ton avis, quelles qualités ou compétences as-tu développées en étant directement confrontée à la maladie ? » quelle serait ta réponse aujourd’hui ?

Je répondrais sans hésiter : la résilience. J’ai même le titre de « résiliente multirécidiviste », au regard de mon palmarès de galères en série. J’ai dû de nombreuses fois pratiquer l’art du rebond ! Il y a autant de manières de rebondir que de personnes sur terre.  

Pour ma part j’ai rapidement compris que certes, je ne pouvais pas forcément choisir ce qui m’arrivait mais que je pouvais, en revanche, décider de la manière dont j’allais l’appréhender. J’ai donc plutôt décidé de prendre les choses du bon côté, du côté de l’optimisme, de l’humour, du rire.

À chaque fois qu’une épreuve se présentait j’adoptais un prisme de lecture positif, je cherchais notamment à en profiter pour apprendre sur moi, en percevant dans chaque difficulté ou épreuve l’opportunité d’avancer. J’ai pu ainsi grandir, en apprenant de nombreuses choses : écouter mon corps, mes émotions, oser dire non, en découvrant les bienfaits du rire, en apprenant à gérer mes angoisses, à demander de l’aide, à me faire plaisir, en acceptant de me tromper, en lâchant prise et bien d’autres enseignements encore, ce sont tous ces thèmes universels, qui peuvent tous nous concerner. Avec un certain recul, je me suis rendue compte que grâce à cette posture toutes les galères de ma vie sont devenues le terreau de mon identité. Cela m’a permis d’aller à la rencontre de moi-même, de contacter ma vérité, de me développer et de devenir la personne à la fois accomplie, heureuse et en devenir que je suis aujourd’hui. Je ne pense pas pour autant qu’il faille vivre une somme de galères en série pour se développer dans la vie. Comme disait Nelson Mandela « Je ne perds jamais, soit je gagne soit j’apprends ».

À la fin de l’écriture de ce livre ma dernière pensée a été « Heureusement que j’ai essayé d’être heureuse sinon je n’aurais pas su que je pouvais y arriver… » 

Quels sont tes 3 conseils pour mieux concilier maladie et travail aujourd’hui ? 

Lorsque l’on apprend que l’on a une maladie, comme un cancer par exemple, je conseillerais d’en parler afin de pouvoir bénéficier de l’accompagnement nécessaire pendant et après la maladie, lors de la reprise par exemple, s’il y a un arrêt de travail. Pour ma part je n’ai pas eu connaissance des interlocuteurs privilégiés que peuvent être la mission handicap, le service des ressources humaines, le médecin du travail, le manager étant l’interlocuteur de proximité qui peut nous mettre en relation avec eux. Il y a de nombreux dispositifs, le tout est d’être informé. J’ai par exemple découvert la RQTH bien après la reprise. Lorsque l’on est en traitement et que l’on a l’énergie pour poursuivre son activité professionnelle, je conseillerais d’être tout de même écologique avec soi-même, de respecter par exemple sa fatigabilité. 

Lorsque l’on est en arrêt maladie, je conseillerais de garder un contact avec l’entreprise, de rester en lien avec un collègue ou un manager. Cela peut par exemple faciliter la reprise de travail.  

Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

La résilience consiste à pouvoir trouver les ressorts, les ressources pour pouvoir vivre, traverser une difficulté, une épreuve de vie, quelle qu’elle soit, à en sortir grandi et se développer en dépit de l’adversité.  

La bonne nouvelle c’est que nous avons tous des capacités de résilience. Le tout est de pouvoir en prendre conscience et de pouvoir y accéder. Alors explorez vos ressources, actionnez vos talents, ils sont là disponibles en vous. 

Merci Caroline !

 

 

Retrouvez Caroline sur les réseaux sociaux !

www.carolineleflour.com
www.lachauvesourit.com