6 CLÉS POUR FAVORISER LE RETOUR AU TRAVAIL D’UN SALARIÉ APRÈS UN LONG ARRÊT

Après un épisode de maladie et une période d’arrêt de travail plus ou moins longue, votre salarié va bientôt reprendre le travail. Si pour certaines personnes, le retour en entreprise est très attendu, votre salarié ou vous-mêmes pouvez avoir une certaine appréhension. Comment préparer cette reprise au mieux ? Comment favoriser sa réintégration ? Nous vous proposons 6 clés essentielles.

 

1/ (Re)créer du lien en amont de la reprise

 

Maintenir le lien pendant l’arrêt de travail est un élément clé (lire notre article sur le sujet). Si vous n’avez pas eu d’échanges pendant l’absence, vous pouvez dores et déjà reprendre contact avec le salarié pour recréer du lien, instaurer un climat de communication et de confiance. Dans la mesure du possible, il est important de renouer contact en amont de la reprise : au moins 1 mois avant son retour afin de préparer son retour au mieux. Votre collaborateur pourra ainsi partager avec vous son envie de reprendre mais aussi ses interrogations, et vous, vous pourrez nourrir son sentiment d’appartenance à l’entreprise.

 

2/ Préparer la reprise

 

Vous pouvez anticiper la reprise du travail de vos salariés, en la préparant en amont. C’est important de pouvoir les aider à identifier les personnes ressources et les dispositifs pouvant les accompagner à l’intérieur, comme à l’extérieur de l’entreprise pour leur retour au travail. Vous pouvez informer votre collaborateur sur les différentes étapes de la reprise. Pour commencer, les visites de pré-reprise et de reprise lui  permettront de poser ses questions et d’identifier au plus tôt ses possibles difficultés liées à la reprise de son poste et ses besoins en conséquence. Ces rendez-vous sont l’occasion pour la médecine du travail de déterminer si des aménagements sont nécessaires. De plus, si un temps partiel thérapeutique a été prescrit, il convient avec la médecine du travail et le patient de trouver les conditions d’aménagement adaptées : horaires, tâches qu’il est possible de réaliser ou non, rythme de travail, possibilité de télétravailler ou de faire une demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).

S’il n’y a pas de possibilité d’aménagement de poste en temps partiel thérapeutique, du fait de contraintes de fonctionnement de l’entreprise, et que l’arrêt de travail ne peut être prolongé, le salarié peut être mis en invalidité. S’il ne peut pas du tout reprendre son poste, une inaptitude peut être prononcée en vue d’un reclassement.

 

 

3/ Accueillir le collaborateur

 

Pour assurer un retour chaleureux de votre collaborateur, envisagez de le recevoir dès son arrivée pour lui souhaiter un bon retour. Vous pouvez le préparer à la situation d’arrivée. Par exemple, s’il reprend le travail en temps partiel thérapeutique et que la personne qui l’a remplacé durant son arrêt est toujours présente à son bureau, vous pouvez le prévenir et l’informer de la situation avant son retour. Dialoguer, expliquer les changements, permet de part et d’autre une meilleure compréhension et de dissiper d’éventuels malentendus. Prévoyez une réunion d’équipe, au cours de laquelle vous pourrez réfléchir ensemble à une nouvelle organisation. Pourquoi ne pas organiser un petit-déjeuner par exemple ? La cohésion d’équipe, l’entraide et le soutien seront utiles pour remettre la personne malade dans un climat professionnel de confiance. C’est important de pouvoir intégrer le collaborateur au projet commun, sur le plan collectif comme sur le plan individuel.

 

4/ Établir un plan de reprise

 

Pour accompagner le salarié au moment de sa reprise, vous pouvez lui proposer des rendez-vous avec les différents acteurs de l’entreprise : service de ressources humaines, équipe de travail, service social, etc. Le manager et les ressources humaines peuvent proposer au salarié d’établir un plan de reprise, selon le rythme de travail convenu avec la médecine du travail. Les points d’étapes, avec le manager et avec l’équipe, sont aussi l’occasion de réajuster au fur et à mesure les tâches à ses capacités effectives, étant donné que même si on se prépare en amont, les projections peuvent être différentes de la réalité. Pouvoir parler des difficultés et des réussites, au fur et à mesure de la reprise, est important pour que le salarié puisse reprendre son rôle actif dans l’entreprise, sans que cela soit aux dépens de sa santé.

 

5/ Former le salarié de retour et les différentes parties prenantes

 

Vous pouvez proposer au salarié de retour de suivre une formation afin de faire le point sur les différentes évolutions de travail, d’organisation, d’outils… La formation des salariés par l’employeur est obligatoire pour permettre aux salariés de s’adapter à leur poste de travail et veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations. De même en cas de reclassement, pour permettre au salarié d’occuper un nouveau poste. En outre, quand les salariés reprennent le travail après un arrêt de travail d’au moins vingt-et-un jours, une formation pour assurer la sécurité au travail et protéger la santé des salariés doit également être prévue par l’entreprise, renforcée par une obligation de résultat. 

Par ailleurs, permettre aux différents collaborateurs et collaboratrices, managers, professionnels des ressources humaines et aux dirigeants de se sensibiliser, de se former sur la maladie au travail et ses conséquences, c’est leur permettre de s’approprier le sujet et d’avoir les bons outils et les bons conseils pour être prêts à accompagner au mieux les collaborateurs en situation de maladie ou les proches aidants au sein de l’entreprise.

 

6/ Faire régulièrement le point

 

Le temps partiel thérapeutique peut durer plusieurs mois dans la limite d’un an, il est donc important de faire le point régulièrement avec le salarié. À chaque renouvellement, il est nécessaire de faire un bilan de la situation avec votre salarié,  la médecine du travail et les équipes de votre entreprise (manager, service de ressources humaines…) pour voir si le rythme de travail choisi est conservé ou s’il est préférable de l’augmenter ou de le diminuer. Quelles sont les difficultés qu’il peut encore rencontrer ?

Le retour au travail après un arrêt de longue durée nécessite du temps, un suivi et un accompagnement sur le long terme.

 

En résumé 

 

Pour bien préparer son retour au travail, il est important, dans la mesure du possible, d’anticiper la reprise, d’accompagner le salarié dans l’évaluation de ses besoins en lui donnant toutes les clés pour lui permettre d’identifier ses interlocuteurs et les dispositifs existants pour faciliter ce retour. L’essai encadré, le temps partiel thérapeutique peuvent être des solutions pour une reprise progressive. Pour prendre en compte les interrogations, les difficultés liées à la maladie et ses conséquences, il est essentiel de pouvoir instaurer un dialogue et un plan de reprise.

 

Pour toutes vos questions, sachez qu’ALLO Alex est là pour vous aider ! Pour rappel, le service est joignable du lundi au vendredi de 9h à 17h (appel gratuit).

Concilier maladie et travail au sein de votre entreprise est possible. Chaque jour nous accompagnons des salariés et des entreprises sur le sujet de la maladie au travail, et nous pouvons vous accompagner à votre tour et vous proposer des solutions adaptées à votre entreprise. Si vous souhaitez en parler, c’est simple comme bonjour@wecareatwork.com