COMMENT PRÉPARER SON RETOUR AU TRAVAIL APRÈS UN LONG ARRÊT MALADIE ?

Après un épisode de maladie et une période d’arrêt de travail plus ou moins longue pour suivre des traitements et un temps de convalescence, vous pensez à reprendre le travail. Si pour certaines personnes, le retour au travail est très attendu, l’appréhension peut tout de même se faire sentir. La maladie ou les traitements peuvent notamment avoir des conséquences physiques et des conséquences cognitives sur la concentration, la fatigabilité, la mémoire qui peuvent persister encore quelques temps chez les personnes malades et cela peut être source d’anxiété. Comment préparer cette reprise ?

 

Avant le retour


Anticiper et préparer sa reprise

Vous pouvez anticiper votre reprise de travail, en la préparant en amont. C’est important d’identifier les personnes ressources et les dispositifs pouvant vous aider à l’intérieur, comme à l’extérieur de l’entreprise pour votre retour au travail.

La médecine du travail

Pour préparer au mieux votre retour, vous pouvez prendre contact avec votre médecin du travail pour une visite de pré-reprise. Nul besoin de passer par votre employeur, car la visite de pré-reprise, facultative, se fait à votre initiative pendant votre arrêt de travail. Cette visite vous permettra de poser vos questions, de faire part de vos souhaits ou de vos inquiétudes et d’identifier au plus tôt vos éventuelles difficultés liées à la reprise de votre poste et vos besoins en conséquence. Vous pouvez effectuer plusieurs visites de pré-reprises si nécessaire.

Ce rendez-vous est l’occasion de déterminer si vous avez besoin d’aménagements ou d’adaptations de votre poste de travail. Votre médecin traitant ou spécialiste vous a peut-être prescrit un temps partiel thérapeutique ? Vous pouvez également convenir d’aménagement de vos horaires, des tâches que vous pouvez effectuer ou non en fonction des difficultés que vous rencontrez. Vous pouvez évoquer ensemble le rythme de travail souhaité pour recommencer en douceur et la possibilité de télétravailler ou de faire une demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé.

Cette visite peut faciliter votre retour, votre reclassement ou votre réorientation professionnelle.

Votre entreprise

Vous pouvez ensuite en discuter avec le service de ressources humaines de votre entreprise (DRH, référents diversité et inclusion, mission handicap, et pour les plus petites entreprises : l’office manager ou l’expert-comptable) et votre manager, et leur faire part de votre éventuel besoin de formations professionnelles. Si besoin, le médecin du travail peut se charger de transmettre directement ces informations à votre employeur.

Que vous ayez gardé le lien ou non avec votre entreprise pendant votre arrêt, il est important de renouer contact en amont de la reprise : le plus tôt possible ou au moins 1 mois avant la reprise. Vous pouvez partager avec eux votre envie de reprendre mais aussi vos interrogations.

Faire le point sur votre situation actuelle

Vous pouvez également préparer votre reprise en faisant le point sur votre situation : quelles sont les difficultés que vous rencontrez ? Impactent-elles vos capacités physiques ou cognitives ? Quelles tâches sont actuellement difficiles pour vous ? Quelles compétences avez-vous pu développer pendant l’expérience de vie de la maladie ? Si vous vendez une prestation ou un produit, comment cela va se passer quant aux objectifs commerciaux ?

Afin d’identifier vos besoins, vous pouvez faire l’inventaire de l’ensemble de vos compétences et de vos qualités, que ce soit vos savoirs, vos savoir-faire ou vos savoir-être, les évaluer pour valoriser notamment les compétences développées pendant la maladie. Cela vous permettra de prendre conscience de ces compétences, de vous rassurer et de booster votre confiance en vous. À l’image de la campagne “Fighting Cancer” de Cancer@Work par exemple. Vous pouvez vous faire aider par un proche, un coach professionnel ou des associations dans cette auto-évaluation. Peut-être avez-vous fait ou souhaitez-vous faire un bilan de compétences ? C’est aussi un outil qui peut vous aider à y voir plus clair voire à vous réorienter.

Réfléchissez également au suivi de votre travail et de votre situation. Qui souhaitez-vous mettre au courant ? Dans quelle mesure ? Comment souhaiteriez-vous mettre en place un suivi personnalisé de votre reprise, avec qui ?

Si vous pensez que cela peut vous aider, vous pouvez demander à consulter un psychologue du travail ou un psychologue dans votre structure de soins. Ces professionnels de l’écoute sont là pour vous aider et répondre à vos questions, notamment si vous avez des difficultés et des appréhensions à reprendre le travail.

 

Au moment de la reprise

 

Suite à la visite de pré-reprise, vous aurez une visite obligatoire de reprise sollicitée par l’employeur auprès de la médecine du travail dans les 8 jours suivant votre date de reprise au plus tard. C’est cette visite qui acte les conditions de votre reprise. Il est donc important de bien préparer ce rendez-vous. 

Vous pourrez durant cette visite faire le point sur vos difficultés au cours des premiers jours et voir avec votre employeur et la médecine du travail si les aménagements du poste vous conviennent. Peut-être que vous n’aviez pas pris en compte votre fatigabilité ou certains troubles de l’attention ou de la mémoire ?

Établir un plan de reprise

Avec votre manager, vous pouvez établir un plan de reprise, selon le rythme de travail convenu avec la médecine du travail. Qu’est-ce que le temps partiel thérapeutique va vous permettre de faire comme tâches ? Qui fait ou fera quoi dans l’équipe ? Comment communiquer dans l’entreprise sur votre maladie ou vos difficultés, vos rendez-vous médicaux, etc. ? Peut-être avez-vous besoin de flexibilité ?

Les points d’étapes sont aussi l’occasion de réajuster au fur et à mesure vos tâches à vos capacités effectives, étant donné que même si on se prépare en amont, les projections peuvent être différentes de la réalité. Pouvoir parler de vos difficultés et de vos réussites, au fur et à mesure de votre reprise est important pour que vous puissiez reprendre votre rôle actif dans l’entreprise, sans que cela soit aux dépens de votre santé.

 

Dans les mois qui suivent

 

Faire régulièrement le point

Le temps partiel thérapeutique peut durer plusieurs mois dans la limite d’un an, mais il est important de faire le point avec votre CPAM (1), pour savoir quels sont vos droits restants. Il peut être renouvelé par votre médecin traitant, tous les mois ou sur des périodes plus longues, selon votre situation.

À chaque renouvellement, il est nécessaire de faire un point avec la médecine du travail et les équipes de votre entreprise (manager, service de ressources humaines…) pour voir si vous conservez le rythme de travail choisi ou s’il est préférable de l’augmenter ou de le diminuer.

Vous pouvez prévoir dans le cadre de votre calendrier de faire le point régulièrement avec vos équipes et les différents interlocuteurs de la reprise, sur votre travail et les difficultés que vous pourriez encore rencontrer. Le retour au travail après un arrêt de longue durée nécessite du temps, un suivi et un accompagnement sur le long terme.

Prendre soin de soi

Accordez-vous du temps pour reprendre vos marques. Le sport encadré, la méditation, mais aussi la sophrologie ou la relaxation peuvent contribuer à vous ressourcer. Tantôt les exercices peuvent être apaisants ou énergisants. Vous pouvez demander l’avis de votre médecin. Ces pratiques permettent une régulation des émotions, de l’anxiété et du stress. Elles peuvent vous aider à apaiser vos tensions, à retrouver un sommeil régénérateur et vous aider à la concentration. Elles présentent de nombreuses vertus : réduction du risque de maladies cardiovasculaires, diminution des taux de dépression et de détresse, ouverture aux autres… Cela a des conséquences positives sur tout le corps !

 

À noter

 

Si vous n’êtes pas à même de reprendre le travail pour le moment

Vous pouvez ne pas avoir la possibilité de reprendre le travail tout de suite. Votre arrêt de travail peut être prolongé selon certaines conditions. 

Si vous devez reprendre le travail car vous êtes en fin de droit aux indemnités journalières de Sécurité sociale et que vous êtes en incapacité de le faire, le médecin-conseil de la Sécurité sociale pourra vous placer automatiquement en invalidité. Vous pouvez également en faire la demande si vous le souhaitez. Vous pourrez reprendre le travail plus tard ou si ce n’est pas possible, le médecin du travail pourra également prononcer une inaptitude.

 

En résumé

 

Pour bien préparer son retour au travail, il est important, dans la mesure du possible, d’anticiper sa reprise, en identifiant ses besoins, ses interlocuteurs et les dispositifs existants pour faciliter le retour au travail. Pour prendre en compte les interrogations, les difficultés liées à la maladie et ses conséquences, il est essentiel de pouvoir instaurer un dialogue et un plan de reprise, et de faire des pauses bien-être pour se ressourcer.

 

Pour toutes vos questions, sachez qu’ALLO Alex est là pour vous aider ! Pour rappel, le service est joignable du lundi au vendredi de 9h à 17h (appel gratuit).

Concilier maladie et travail au sein de votre entreprise est possible. Chaque jour nous accompagnons des salariés et des entreprises sur le sujet de la maladie au travail, et nous pouvons vous accompagner à votre tour et vous proposer des solutions adaptées à votre entreprise. Si vous souhaitez en parler, c’est simple comme bonjour@wecareatwork.com

 


(1) CPAM : Caisse primaire d’assurance maladie