RENCONTRE AVEC SOLENN ET STÉPHANIE

Solenn et Stéphanie travaillent dans le domaine de la cancérologie. Au fil des rencontres et de leurs expériences, elles décident de créer Ma Parenthèse : une association et avant tout un lieu d’accueil et d’accompagnement pour toutes les femmes touchées par un cancer et qui ont besoin d’être entendues, conseillées, orientées par des professionnels à l’écoute des besoins singuliers de chacune… Nous retrouvons Solenn et Stéphanie à Nantes, où est implanté Ma Parenthèse.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Stéphanie Bernard : Je suis Stéphanie, j’ai 48 ans et je suis déléguée hospitalière depuis vingt-cinq ans dans l’industrie pharmaceutique. J’ai exercé pendant une longue période dans le domaine de la cancérologie auprès des services de soins de support. Mon parcours personnel m’a amenée à identifier les besoins au décours de la maladie.

Solenn Leparoux : J’ai 41 ans. Je suis juriste de formation et infirmière en cancérologie et soins palliatifs depuis dix ans. Mon parcours professionnel et mes échanges quotidiens avec les patientes témoignent de vraies attentes au niveau de l’accompagnement extra hospitalier et l’accompagnement spécifique de la féminité mise à mal par la maladie.

Comment sont nés l’espace et l’association Ma Parenthèse ?

Notre complémentarité, nos valeurs communes, notre réseau, ainsi que notre histoire personnelle et professionnelle nous ont rassemblées sur ce projet commun d’ouverture de notre association Ma Parenthèse, un espace pour les femmes touchées par un cancer. Les échanges auprès des patientes (questionnaires, tables rondes…) ont mis en évidence un besoin d’écoute, d’entraide, de partage et de rompre l’isolement.

Quel en est l’objectif ?

Ce lieu favorise le lien social pendant mais également après les traitements. De plus, créer un espace extra hospitalier répond à l’éloignement géographique des lieux de soins et permet une parenthèse dans la prise en charge oncologique.

L’objectif est de centraliser sur un même lieu l’ensemble des besoins relatifs à ces pathologies. Il nous paraît essentiel d’accueillir les patientes et leurs proches dans un lieu chaleureux, d’avoir des professionnels à l’écoute des besoins singuliers de chacune.

Quel est votre rôle au sein de Ma Parenthèse ?

Nous sommes présentes pour accueillir ces femmes qui viennent spontanément ou sur rendez-vous à l’association. Nous sommes à leur écoute afin de répondre au mieux à leurs attentes, de leur présenter l’accès aux différents ateliers moyennant une adhésion annuelle de 25€.

Nous avons aussi un rôle de gestion du planning de nos intervenants avec la mise en ligne des ateliers sur notre site internet, un travail de communication sur différents supports (réseaux sociaux, presse, radio…) pour une meilleure visibilité, une présence rapprochée auprès des professionnels de santé (centre anticancéreux, cliniques…) ainsi qu’une recherche permanente de sponsors, mécènes, de mise en place d’opérations afin de pérenniser notre structure.

Manon et très récemment Camille (stagiaires en écoles de communication et marketing) nous ont rejoint pour cette belle aventure et elles nous apportent une aide précieuse dans la réalisation de supports, de newsletters et diverses idées.

Quels services proposez-vous dans votre espace ?

Un espace bien-être et d’accompagnement animé par des professionnels formés à la spécificité des prises en charge oncologique : médecin de la douleur, onco-sexologue, kinésithérapeute titulaire du DU « Perfectionnement dans la prise en charge du cancer du sein », sophrologue clinicienne, psychologue, nutritionniste, podologue, art thérapeute, hypnothérapeute, réflexologue. Nous proposons également du sport adapté : Pilates, yoga thérapeutique, trail… Et nous organisons des ateliers bien-être : socio-esthétique, nouage de foulards, shiatsu…

Quelles sont les conséquences du reconfinement pour votre activité ? Comment vous adaptez-vous ?

Après un deuxième coup dur (eh oui ! nous aurions dû déjà ouvrir en mai de cette année !!!), nous avons très vite réagi pour l’intérêt de nos adhérentes et mis pratiquement l’ensemble de nos ateliers de novembre en visio. Les multiples témoignages des adhérentes nous confortent dans l’intérêt de cette mise en place pour garder du lien : lien indispensable pour ces femmes qui sont confrontées à la maladie pendant cette période de reconfinement.

Quels sont vos trois conseils pour mieux concilier maladie et travail ?

C’est important qu’il y ait une information éclairée des droits de chacune (sociaux, juridiques…), un accompagnement pour une meilleure image et estime de soi, afin de pouvoir reprendre son activité dans de bonnes conditions et enfin une meilleure connaissance du parcours oncologique auprès des entreprises afin de mieux réintégrer la personne touchée.

 

Merci Solenn et Stéphanie !

 

Retrouvez Solenn et Stéphanie dans l’espace à Nantes et sur les réseaux sociaux