RENCONTRE AVEC LUCILLE LE BLOAS

Lucille Le Bloas est responsable Ressources humaines du Groupe CCI Productions et du Laboratoire Ozalys, qui s’engagent et soutiennent ALLO Alex. Durant la période de la pandémie, en poursuivant son activité pendant le confinement, Ozalys s’est joint aux renforts de la production française de biocides. Les salariés du Groupe CCI Productions se sont engagés pour répondre aux besoins de solution hydroalcoolique.
Lucille Le Bloas a généreusement accepté de répondre à quelques questions. Elle nous fait part de la création d’Ozalys et des différents engagements de l’entreprise, pour mieux concilier, cancers, maladies et travail.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

Je suis Lucille Le Bloas, responsable Ressources humaines du Groupe CCI Productions et du Laboratoire OZALYS. Issue d’une formation généraliste RH, je suis arrivée dans l’entreprise en alternance il y a bientôt 10 ans. J’ai donc naturellement grandi avec l’entreprise ! 

Comment avez-vous mobilisé vos salarié.e.s sur les questions de la maladie au travail ?  

Par la communication et nos engagements. La maladie reste encore un sujet tabou dans le travail, mais Isabelle, notre Présidente et Cancer Survivor, a libéré la parole. En effet lorsqu’elle a appris qu’elle était atteinte d’un cancer du sein en 2013, elle en a parlé sans tabou et nous l’avons vue au quotidien pendant son combat contre la maladie. La signature de la charte Cancer@Work fin 2016, et le lancement de notre propre marque de dermo-cosmétique OZALYS pour les femmes touchées par le cancer en 2017, n’ont fait que renforcer notre engagement.

Comment avez-vous mesuré leurs attentes ?

Cela s’est fait progressivement, en fonction de chaque salarié. Certains veulent rester discrets sur leur maladie et d’autres au contraire se sentent maintenant plus à l’aise pour en parler et insistent même pour revenir travailler, mais parfois la réalité de la maladie les rattrape, il faut alors les accompagner pour trouver ce qui correspondra le mieux à leurs difficultés.

Qu’avez-vous mis en place pour mieux concilier cancers, maladies et travail au sein de votre entreprise ? Je pense notamment à l’atelier-école Ozalys.

Notre cœur de métier est le conditionnement de parfums et produits cosmétiques. L’enjeu était de pouvoir concilier des douleurs/restrictions dans un milieu de travail souvent automatisé et cadencé. L’atelier école « OZALYS » a été créé afin de permettre une reprise d’activité en douceur suite à une longue maladie ou certaines pathologies mais aussi afin de maintenir en activité les salariés les plus fragiles. Cet atelier permet de reprendre à un rythme adapté à la situation du salarié tout en transmettant son savoir-faire et son expérience car cet atelier est également un atelier de formation.

Comment vos actions s’inscrivent-elles dans la durée ?

Avec notre management, que nous voulons bienveillant et grâce à l’Atelier OZALYS qui nous rappelle le chemin parcouru. En effet même si chaque situation est différente, car nos corps de métiers sont très diversifiés, cet atelier nous rappelle que si nous avons réussi à mettre en place un tel atelier au cœur d’une chaîne de production alors nous devons toujours faire notre possible pour nous adapter.

Nous n’appliquons pas de modèle dans nos actions. Notre société est une PME à taille humaine, ce qui nous permet de nous adapter à chaque salarié qui pourrait être concerné.  

Nous avons également signé cette année un accord de don de jours de repos pour les salariés pour lesquels un proche (enfant, parent ou conjoint) serait gravement affecté.

Quel intérêt à mieux concilier cancers, maladies et travail pour les entreprises selon vous ?

Mieux concilier cancers, maladies et travail est dans l’intérêt de tous, salariés comme employeurs. Tout d’abord humainement, mais aussi économiquement. Si les salariés savent que la maladie est prise en compte dans l’entreprise et que des solutions sont en place pour permettre leur réinsertion alors ils reprendront le travail avec moins d’appréhension et parfois plus tôt que prévu, car ils savent qu’ils peuvent reprendre progressivement.

D’ailleurs une de nos salariés qui a repris récemment m’a dit que le fait d’avoir gardé contact avec l’entreprise pendant sa période d’arrêt maladie lui avait permis de revenir avec un peu moins d’appréhension.

Pourquoi soutenir ALLO Alex ?

De plus en plus d’entreprises prennent conscience de l’importance de concilier maladie et travail, mais il y a encore beaucoup de chemin à faire. Certains salariés n’osent pas aborder le sujet dans leur entreprise, par peur ou par discrétion, il est donc important qu’ils puissent s’informer et être écoutés. 

Qu’est-ce que la période du confinement a changé pour Ozalys et CCI productions ? Que vous a-t-elle appris ?

Cette période nous a appris, comme pour la maladie, qu’il faut savoir faire de la fragilité une force ! C’est la devise de notre Présidente !

Nous avons maintenu nos usines ouvertes grâce à l’engagement de nos salariés et produit pour les soignants et les pharmacies de la solution hydroalcoolique. Nos capacités d’adaption industrielles et humaines ont été poussées à l’extrême pendant cette période.

Si nous ressortons, comme toutes entreprises, fragilisés par cette période, le Groupe a su puiser dans son esprit de corps.

 

Vous souhaitez en savoir plus, retrouvez toute l’actualité du Laboratoire Ozalys sur les réseaux sociaux : LinkedIn, Twitter, Instagram et Facebook.