RENCONTRE AVEC ANNE-CLAIRE

Chargée de formation dans un cabinet d’audit Anne-Claire a choisi de faire une demande de reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) il y a cinq ans afin de se préserver. Elle nous parle de son métier et de la maladie au travail, des conséquences de la crise du COVID-19 et de sa participation aux visioconférences du ministère du Travail « Rendez-vous La France, une Chance » pour les entreprises engagées.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?  

J’ai 41 ans, mariée, maman de 2 garçons, salariée à temps plein, et handicapée quand je trouve le temps !

Quel est votre métier et depuis quand l’exercez-vous ? 

Je suis chargée de formation depuis quinze ans dans un cabinet d’audit. Ma fonction consiste, en résumé, à la mise en place et au pilotage des saisons de formation pour le personnel technique (auditeurs).

En tant que salariée et chargée de formation, quel est votre rapport à la maladie au travail ? 

J’essaie de manière générale de ne pas associer ces deux termes justement, maladie et travail, de faire en sorte que la maladie soit invisible, au travail comme dans ma vie personnelle d’ailleurs. Je ne souhaite pas me résumer à mon handicap. Cependant, j’ai déclaré mon handicap il y a cinq ans, afin de me préserver à l’approche des 40 ans. J’ai pris conscience que si j’étais plutôt stable dans mes pathologies, cela pouvait changer. Il fallait penser à l’avenir car la retraite est encore loin !

Que s’est-il passé pendant le confinement, comment travailliez-vous ?

J’ai poursuivi mon activité en télétravail. Nous avons transformé tout notre plan de formation en formation à distance, dans un temps record. C’était un challenge très intéressant mais tout aussi épuisant et chronophage. Plus d’horaires, plus d’aménagements. Ce télétravail a gommé tout handicap, il n’y avait plus vraiment de prise en compte de la fatigue et des douleurs par mes managers puisque j’étais à la maison. Ceci en faisant par ailleurs l’école à mes enfants et en m’occupant de la maison. Je suis arrivée à bout de souffle il y a 15 jours et je m’en suis ouverte à ma hiérarchie.

Comment se passe le déconfinement ?

Le déconfinement ne change pas grand chose pour moi. Je reste en télétravail jusqu’en septembre. Mes enfants ne reprennent l’école qu’un jour par semaine. Il va falloir encore tenir. Ce qui change c’est que nous pouvons sortir, ma mère peut me soulager un peu en prenant régulièrement les enfants en journée pour que je puisse n’avoir « que » mon travail à gérer.

Pourquoi participer aux visioconférences du ministère du Travail « Rendez-vous La France, une Chance » pour les entreprises engagées ?

Je trouve intéressant qu’on nous donne la parole. Je mesure la chance d’avoir un emploi, sans perte de salaire pendant cette crise. Mais je trouve que l’on a sous-estimé le télétravail, la pression sur ceux qui ont continué à travailler, la charge mentale également du télétravail associé aux enfants et à l’école à la maison.

À votre avis, quelles qualités ou compétences avez-vous développées en étant directement touchée par la maladie ? 

Les qualités communes à mon avis à toute personne en situation de handicap c’est la combativité et la ténacité. Sinon je serais déjà en arrêt maladie comme beaucoup me le suggéraient. Mais j’ai tenu bon, je suis toujours là et toujours efficace il me semble. La résilience aussi. Ce terme me semble assez adapté à la période que nous vivons.

Quels sont vos trois conseils pour mieux concilier maladie et travail ? 

Je n’ai pas vraiment de conseil à donner car je crains de ne pas les avoir appliqués moi-même. Mais l’idée serait de s’écouter, sans pour autant tout centrer sur la maladie, sinon on ne fait plus rien. Je suis plutôt à dire « lève-toi et marche ». Il faut se bouger aussi, se prendre en main, ne pas être assisté.e dans la mesure du possible.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

COVID ou pas je participe comme tous les ans à la Course des héros au profit de l’ICM – Institut du Cerveau, n’hésitez pas à faire la promotion de mon initiative 🙂 Cette année il s’agit d’un challenge connecté : https://www.alvarum.com/anne-clairelenoir8

 

Merci Anne-Claire !