RENCONTRE AVEC VÉRONIQUE

Après un riche parcours professionnel, Véronique est devenue consultante/formatrice pour Wecare@work. De son parcours et de son expérience de la maladie, elle tire de riches apprentissages et de belles rencontres. Désormais, elle accompagne les entreprises sur la question de la maladie : sensibiliser, informer et former le plus grand nombre, afin de mieux concilier maladie et travail au quotidien.

Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Je suis Véronique Delestre, 53 ans, mariée, maman de 3 grands enfants et j’habite près de Rennes. J’aime utiliser ces 5 verbes d’action pour me définir : apprendre, vivre, transmettre, aimer et oser, car rien n’est impossible.

Quel est ton métier et depuis quand l’exerces-tu ? 

Je dis que j’ai eu 3 vies professionnelles, et ce n’est peut être pas fini, avec plusieurs métiers. J’ai été assistante de direction à la Commission européenne à Bruxelles ; entrepreneuse innovante avec une start-up sociale en Bretagne ; manager agile dans un groupe international ; et enfin à ce jour consultante/formatrice certifiée pour adultes pour Wecare@Work. J’ai aimé exercer tous ces métiers et je suis très fière de ce parcours diversifié, tellement riche d’apprentissages et de belles rencontres. Bref, je dis souvent cette phrase que j’emprunte à Paul Eluard avec une petite correction. Il disait : « Il n’y a pas de hasard que des rendez-vous » … moi je dis qu’il n’y a pas de hasard que des rencontres.

En tant que salariée (entrepreneure ?), quel est ton rapport à la maladie au travail ?

Je peux dire que mon rapport à la maladie a évolué du fait de ma maladie… Je sais aujourd’hui que je n’avais pas conscience avant de cet état particulier dans lequel la maladie, de force nous entraîne et donc par conséquent, je sais qu’en tant que manager, je n’ai pas bien fait les choses avec mes collaborateurs qui ont été malades… Et je sais aussi que mon entreprise n’était pas préparée à cet accueil et à cette gestion. Ma prise de conscience a été brutale et douloureuse. C’est pourquoi aujourd’hui m’engager avec Wecare@work pour porter, sensibiliser, informer et former les entreprises sur cette question de la maladie… C’est juste une évidence !

Qu’est-ce qui t’a aidée ou t’aide aujourd’hui au quotidien pour parvenir à travailler en faisant face à la maladie ? 

Le temps… Je me suis laissée le temps d’intégrer, de comprendre, de digérer et enfin d’apprendre de ma maladie. Je me sens beaucoup plus forte qu’avant et beaucoup plus sereine avec la vie. De ce fait, dans le travail aujourd’hui, je sais prioriser, je sais prendre le temps de faire sans urgence. Je sais me poser pour me reposer, je sais dire simplement « non » quand c’est nécessaire. Bref, assimiler cette notion du temps et m’en servir. C’est, entre autres, une de mes nouvelles compétences. 

Quel impact a eu ta maladie sur ta vie professionnelle aujourd’hui ?

Un impact énorme, puisque j’ai été obligée de quitter une entreprise que j’aimais, un job que j’adorais et des collaborateurs que j’avais moi-même recrutés… Bref, un déchirement et une longue descente… On se remet en question, on perd confiance en soi et en ses compétences professionnelles… et un rebond : enfin un nouveau départ possible. Une formation en poche, de nouvelles compétences acquises et voilà une rencontre avec Anne-Sophie, dirigeante de Wecare@work. Une belle personne, lumineuse et émouvante rencontre.

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre Wecare@Work ? 

Après un temps de réflexion, j’ai décidé de participer à cette nouvelle aventure entrepreneuriale qui fait un peu peur à double titre : reprendre le chemin du travail après un long arrêt et sortir de son expérience individuelle pour aller vers l’action collective en faveur de l’inclusion de la maladie au sein des entreprises. J’aime aussi ces combats qui ont un sens profond pour moi et également pour la société entière : faire changer le regard de la société, de l’entreprise sur la maladie. Je pense qu’inclure la maladie dans le monde du travail est une vraie richesse pour tous, y compris pour les entreprises.

À ton avis, quelles qualités ou compétences as-tu développées en étant directement confrontée à la maladie ? 

Mes  expériences de vie personnelle et professionnelle m’ont déjà amenée à beaucoup de combativité et de résilience… Mais, j’ai aussi appris à profiter, à ne plus m’encombrer avec les futilités de la vie, à aller à l’essentiel et à prendre du plaisir dans le travail et dans les relations avec mes collègues. Et je suis encore plus positive qu’avant !

Quels sont tes conseils pour mieux concilier cancer, maladie et travail ?

Ne pas s’enfermer dans sa maladie, savoir partager ses difficultés, ses ressentis et en particulier ses problèmes de conciliation maladie et travail s’ils existent.

En cette période un peu particulière de confinement, comment travailles-tu ? 

Ma façon de travailler en télétravail n’a pas beaucoup changé, sauf les interactions clients et équipes qui continuent mais de façon différente. Je profite aussi de ce temps particulier pour prendre du temps pour moi (marcher, faire un peu de yoga et de méditation) mais aussi de lecture. Et je travaille en accord avec la direction de Wecare sur des sujets de fond… et c’est plutôt plaisant d’avoir ce temps sans pression.

As-tu des trucs ou astuces pour améliorer ton quotidien dans cette situation ? 

J’ai un tas de petits grigris qui me servent d’habitude quand je suis en télétravail et avec cette situation, ils prennent tout leur sens comme par exemple : 

– garder du lien avec mes collègues, boss, amis et famille ;
– avoir un petit coin à moi pour pouvoir mettre mon bazar et faire comprendre aux autres que quand je suis au travail : « Chut ! On ne me dérange pas »;
– faire des pauses régulières et un peu organisées ;
– avoir une vision claire de mes tâches : je fais mes petites listes TO DO avec mon planning précis d’heures de travail en début de semaine et en fin de semaine, je fais un bilan…
– j’essaie d’alterner tâches de fond (temps de réflexion) et tâches plus simples voire administratives ;
– ne pas en faire plus… voire trop et savoir accepter ses faiblesses et son manque de motivation parfois.

As-tu quelque chose à ajouter ?

Aujourd’hui je me sens totalement alignée entre : mes valeurs, mon projet professionnel et ma vie personnelle.

Merci Véronique !

 

Retrouvez l’intervention de Véronique à propos du télétravail dans l’émission de TVR Soir diffusée le 27 avril 2020 sur TVR à partir de 9’30.