LA SANTÉ, ÇA SE TRAVAILLE !

« Un état de complet bien-être physique, mental et social. » C’est ainsi que l’OMS définit « la santé » dans le préambule de sa Constitution. En ce temps de confinement, ce n’est pas évident de maintenir une activité physique ou de ne pas négliger son alimentation. En effet, on peut avoir vite fait de se laisser happer par le stress ! De se laisser aller, voire de s’isoler. On entend partout qu’il faut prendre soin de soi ? Mais comment faire au quotidien ? Comment prendre soin de son corps et de son esprit ?

Un esprit sain…


La méditation et la sophrologie

Depuis quelques années, les scientifiques s’intéressent aux effets du stress sur la santé. Des études montrent, en effet, qu’en cas d’infection, le stress est associé à une réduction de l’efficacité du système immunitaire. C’est notamment le cas de la dernière étude de Sophie Ugolini, chercheuse de l’Inserm.

Parallèlement, on assiste à un regain d’intérêt scientifique pour les programmes basés sur la méditation de pleine conscience. Il a notamment été mis en avant, par des études, de nombreux bienfaits sur la santé : une réduction et une résilience au stress, une meilleure régulation émotionnelle… La méditation, mais aussi la sophrologie ou la relaxation peuvent vous aider à réduire votre stress, à apaiser vos tensions et à retrouver un sommeil régénérateur et cela a des conséquences positives sur le corps !

L’aide psychologique

Cette période peut également générer de l’anxiété. Selon l’étude Opinion Way menée auprès de 2 000 salariés ce sont « 44 % des salariés français qui sont en situation de détresse psychologique (26 % modérée et 18 % élevée) qu’ils soient télétravailleurs, en chômage technique ou sur leurs lieux de travail ». Si vous êtes confronté.e à de l’anxiété ou de la détresse psychologique et que vous souhaitez consulter ou recevoir une aide, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez soit consulter un professionnel psychologue ou psychiatre en téléconsultation, soit appeler les numéros d’écoute mis à disposition pour l’occasion. 

Les effets bénéfiques du sourire et de la pensée positive

Le sourire est avant tout un processus cérébral. Selon les scientifiques, c’est une excitation de la partie avant de notre hypothalamus : une glande située à la base du cerveau. Celle-ci transmet un influx nerveux au centre des émotions : le système limbique. Les muscles se relâchent alors, et les réactions de bien-être sur votre visage apparaissent. D’après les études scientifiques, le sourire semble donc entraîner les émotions positives en plus de les exprimer. Les psychologues ont effectivement montré que ce geste simple du quotidien a des effets positifs sur notre ressenti, sur notre bien-être. De plus, il améliore nos relations sociales. On reçoit un sourire de quelqu’un, on a envie de le lui rendre. Cela crée un cercle vertueux : je me sens bien, je souris, quelqu’un me sourit en retour, je me sens bien, je souris, etc. En effet, le sourire n’est pas uniquement un simple réflexe, on peut s’entraîner à sourire. Au téléphone, ou à la radio, le sourire s’entend également et cela est communicatif pour l’interlocuteur. Sourire a des répercussions sur notre état émotionnel et celui des personnes en face de nous. Il en va de même avec le fait de se concentrer sur les aspects positifs des choses. Ces petits instants favorables créent un effet de bien-être. On peut voir « le verre à moitié plein » au lieu du « verre à moitié vide ». « Il ne suffit pas de ne pas être déprimé [pour être bien], encore faut-il être capable d’être content de se trouver là où nous nous trouvons » [Christophe André, « La Tête au carré – La psychologie positive pour être heureux », 25 mars 2014]. La psychologie positive n’est pas de toujours positiver, mais de faire avec les émotions négatives, de s’adapter, tout en apprenant à savourer les émotions positives.

…dans un corps sain


Avant tout un sommeil réparateur

Il est primordial de se reposer. Une régularité de sommeil est conseillée. De plus, si on est fatigué.e, c’est important d’écouter son corps et de lui donner le repos dont il a besoin. Comme le rappelle le Réseau Morphée, « Le confinement lié à la pandémie du COVID-19 entraîne d’importants bouleversements (…) Dans ce contexte, nos horloges internes ont beaucoup plus de mal à conserver des rythmes réguliers, et cela peut entraîner des symptômes désagréables tels que ceux ressentis lors d’un décalage horaire (troubles de l’appétit, de l’humeur, de l’énergie, etc). » Il est donc important d’essayer de se fixer des routines pour organiser sa journée et ne pas être en décalage permanent, afin d’avoir un sommeil réparateur.

Puis, une alimentation équilibrée…

Se nourrir de façon équilibrée et s’hydrater régulièrement, c’est là le carburant nécessaire pour faire fonctionner de façon optimum notre cerveau et notre corps. Quelque soit notre âge, notre alimentation doit fournir un apport calorique proportionné à notre dépense d’énergie. Une alimentation variée et bien répartie dans la journée est recommandée par les professionnels de santé, afin d’apporter tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Pour cela, une assiette équilibrée doit comporter un apport protéinique, un apport en légumes (crus ou cuits) et un apport en féculents.

Ensuite, quelques mouvements

Comment pratiquer une activité physique en étant enfermé.e du fait du confinement ? L’activité physique, reconnue comme une thérapeutique non médicamenteuse par la Haute Autorité de Santé depuis 2011, contribue à améliorer l’état de santé. De plus, pour les personnes malades, ses bienfaits constituent un réel apport permettant aux personnes de mieux vivre avec la maladie et mieux supporter les traitements. En ce temps de pandémie, tout le monde n’a pas la possibilité d’être à la campagne ou d’avoir un espace à l’extérieur pour pouvoir faire un peu d’activités physiques. Et vos voisins de l’étage du dessous risquent de ne pas apprécier votre intérêt soudain pour la corde à sauter… De nombreuses ressources en ligne existent, gratuites ou payantes, mises au diapason du confinement. Pilates, yoga, exercices de fitness… Équipé.e d’un ordinateur ou d’un smartphone, vous avez l’embarras du choix. Si vous disposez d’un jardin ou d’une cour, vous pouvez pratiquer des activités en extérieur. N’oublions pas non plus que les « déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie » restent autorisés. L’idéal est de trouver le créneau horaire où il y a peu voire personne dans la rue. 

Enfin, libérer ses tensions

Les massages ou les auto-massages peuvent venir en complément des séances de relaxation pour relâcher vos tensions. Si vous faites du télétravail, c’est également recommandé de faire attention à votre temps devant les écrans. Pour reposer vos yeux, comme le préconisent les services de santé au travail : il est important de cligner les yeux régulièrement pour humidifier les paupières, de regarder au loin quelques instants pour relâcher l’accommodation et de faire des mouvements des yeux pour détendre les muscles. Vous pouvez également faire une séance de yoga des yeux, une séance de sophrologie adaptée ou de l’acupression. Cela vaut aussi pour l’ensemble du corps. Il est conseillé de bouger et faire des pauses, afin d’éviter les troubles musculosquelettiques.

De l’importance d’entretenir les liens sociaux


Dans ce contexte spécifique, il est conseillé de garder des liens avec ses proches et son entourage professionnel, qui s’avèrent primordiaux. 1/ Appeler, conserver un contact avec sa famille, ses ami.e.s en cette période de confinement est important. Cela nous rassure de part et d’autre et permet d’apaiser certaines anxiétés et autres tensions. 2/ Le partage d’émotions, que ce soit avec vos proches ou avec des professionnels de la psychologie y contribue également. 3/ Enfin, rendre service et faire plaisir aux autres entraîne également une sorte de « contagion » du bonheur. D’après les études scientifiques, sur cette question « [il semble que, globalement] plus une personne présente des traits altruistes, des traits désireux de faire le bien autour d’elle, plus elle soit apte à ressentir elle-même du bonheur. Et beaucoup de nos bonheurs sont des bonheurs de partage. »
[Christophe André, « La Tête au carré – La psychologie positive pour être heureux », 25 mars 2014] 

Comment entretenir l’esprit d’équipe à distance ? Comment s’entraider et lutter contre l’isolement ? Nous vous proposerons nos idées dans un article, la semaine prochaine.

D’ici-là, prenez soin de vous ! 


Sources :

– Who.int (site de l’OMS) : Constitution de l’Organisation mondiale de la Santé [consulté le 21 avril 2020]
Inserm.fr : Communiqué de presse « Quand le stress affaiblit les défenses », 5 mars 2020
– Franceinter.fr :  « La Tête au carré – Le pouvoir thérapeutique de la méditation », 29 novembre 2017
Cerveauetpsycho.fr : « Souriez ! Tout ira mieux » par Nicolas Guéguen, 20 janvier 2016
– Inserm.fr : Dossier d’informations sur le sommeil et « Le sommeil au chevet de notre immunité », 27 avril 2016
– Fedecardio.org : « Qu’est-ce qu’une alimentation équilibrée ? », 22 avril 2020
– Gouvernement.fr : Info Coronavirus COVID-19
– Solidarites-sante.gouv.fr : « La santé par l’activité physique »
– Acms.asso.fr : « Travail sur écran », 25 septembre 2019, plaquette 2016, « Troubles musculosquelettiques du membre supérieur », 2015

Crédit photo : designed by cookie_studio / Freepik