26 novembre 2019 SANDRA DAGORCE

RENCONTRE AVEC SANDRA

Qui es tu ?

Sportive, j’ai 35 ans, je suis mariée à un homme formidable, et suis maman de 2 enfants de 13 et 5 ans.

Mon parcours « maladie et travail » :

L’annonce :

C’était il y a 12 ans…

J’ai croisé la route de ce « crabe » alors que j’avais 23 ans, mon fils avait 1 an. D’une opération bénigne, je suis repartie avec « vous avez un cancer, on vous en dira plus dans une semaine »… Suivi d’un enchaînement sans fin : 2ème opération, examens, début de la chimio, radio…etc

L’instinct de survie a pris le dessus, je devais me sauver moi, pour mon fils…

A ce moment je n’ai pas évalué les conséquences de la maladie, car à cet âge, je n’y étais pas préparée, mais je devais avancer coûte que coûte.

J’ai choisi d’en parler à mes proches, qui habitaient à 800km, à mon employeur et à mes collègues.

Les traitements :

J’ai été arrêtée durant la chimio, que je supportais très mal. La pire épreuve pour moi, comme beaucoup de femmes je pense, a été de perdre mes cheveux…

Il était pour moi important de reprendre le chemin du travail et quitter ce statut de « malade »… mais jamais évident d’aborder le sujet de la maladie avec son recruteur.

De répondre au pourquoi vous aviez des cheveux longs sur la photo de votre CV et que vous arrivez à l’entretien avec une coupe à la garçonne … , d’expliquer que vous allez devoir vous absenter 1 fois tous les 3 semaines pour faire votre chimio à l’hôpital…

Je suis arrivée dans l’entreprise dans laquelle je travaille en mai 2008, alors que je terminais mes injections d’Herceptin et que j’étais encore équipée d’un magnifique port-à cath qui ornait mon torse …

Mais pour rien au monde je ne voulais rester dans mon canapé ! Parce qu’on a envie de travailler, de se lever le matin, et tout simplement de… vivre !

J’ai joué franc jeu lors de mon entretien d’embauche, mes dirigeants de l’époque ont été exemplaires et d’une bienveillance hors pair.

Le début d’une très belle et grande aventure professionnelle !

L’après :

Mon retour à la vie active s’est fait de manière normale. Ma séance de chimio avait lieu le vendredi, ce qui me permettait de pouvoir me reposer le week end, et continuer à travailler normalement. Puis, j’ai refait ma vie.

Le cancer reste en effet, à titre personnel et professionnel, un sujet tabou que beaucoup craignent d’aborder. Mais qui reste chez le malade, ou « l’ancien » malade, un tatouage indélébile et parfois invisible.

Car une fois les traitements finis (chimio, radio, hormothérapie durant 5 ans…etc) : pour mon cas, des examens à vie tous les 6 mois…

Les phrases de médecins indélicats du style « estimez-vous heureuse d’avoir un enfant, vous n’en aurez surement pas d’autres »… ! Dommage, je ne suis pas quelqu’un qui baisse les bras, alors l’année de mes 30 ans, je donnais naissance à une jolie princesse.

Aujourd’hui, depuis 2017, j’ai de nouvelles fonctions, un nouveau métier différent, un nouveau responsable hiérarchique qui est super, et de nouveaux challenges à relever.

L’annonce de la maladie m’a permis de mieux de connaître. Et m’a montré que j’étais capable de DEPLACER DES MONTAGNES, car l’abandon, dans ma vie et dans le sport, ne fait pas partie de mes options. Cela m’a aussi permis de prendre du recul.

De me rendre compte que j’étais la reine des TO DO LIST ! Je ne m’attendais pas à ce que ma mémoire me joue des tours …

Quel conseil donnerais tu à ceux qui  rencontrent la maladie pour la première fois afin de concilier maladie et travail  ?

Vis ta vie à 300%, FONCE !!

Ou ma citation préférée « La vie est comme un arc-en-ciel, il faut à la fois de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs ».

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

Mes proches, mon mari, mes enfants, la course à pied.

L’adresse ou le lien qui t ‘a été le plus utile ?

ROSE Magazine, devenu Rose’Up. Mon mari m’avait fait la surprise d’un témoignage dans les 1er numéros, le plus beau des cadeaux ! Et j’ai participé à plusieurs ateliers pour aider des patients.

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer 3 actions qui te semblent utiles à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

ECOUTE / BIENVEILLANCE

AIDE PERSONNALISE (chaque individu a des attentes différentes)

FORMATION DU MANAGER pour l’accompagnement (ils sont parfois démunis et ne savent pas comment réagir par peur)