12 NOV 2019 Nadine Rakotonana

RENCONTRE AVEC NADINE

Qui est tu ?

Je m’appelle Nadine. J’ai 49 ans. Je suis chef d’entreprise dans le domaine du transport maritime à Paris.

J’ai compris qu’il y avait un dysfonctionnement lors d’un check-up de routine de mammographie quand la radiologue m’a demandé de faire une biopsie que j’ai refusée immédiatement de faire, ayant un engagement clientèle ce jour-là, mais j’ai accepté de revenir le lendemain.

Le verdict du cancer est arrivé quelques jours plus tard par ma gynécologue à quelques jours avant Noël 2018.

Mon parcours « maladie et travail »  :

 L’annonce :

J’ai décidé d’en parler pour mes différentes activités : professionnelle et associative, en mettant une priorité, le choix de continuer à poursuivre mon activité professionnelle, et de mettre en veilleuse toutes les participations actives que j’ai dans les milieux associatifs.

J’ai eu les deux versions de réactions :

La plus importante : empathie & soutien manifestés même dans le regard appuyé par le silence.

Je remercie mon entourage familial proche, les amis, les différentes associations. Dans mon milieu professionnel : les fournisseurs et clients à qui j’ai décidé d’en parler, de leur bienveillance et de la confiance qu’ils m’ont accordées et m’ont montrées. Cela m’a permis de rester positive et de me battre contre cette maladie.

Je ne remercierai jamais assez toutes les équipes médicales :  mon médecin-généraliste, mon cardiologue, ma gynécologue, mon acupuncteur, ma kiné, ma pharmacienne et son équipe, et surtout le département Oncologie de l’Hôpital Saint Louis qui m’a prodigué les soins et m’ont permis de surfer sur les vagues dévastatrices physiques, avec force et philosophie !

Mais aussi malheureusement, la réaction insidieuse de certaines personnes qui s’attendaient à ma déchéance…

Les traitements :

En tant que Gérante d’une entreprise, j’ai ainsi continué à travailler. Je ne me suis pas arrêtée.

J’ai la chance par rapport à mon métier d’utiliser les technologies du 2.0, par conséquent, j’ai pu m’organiser à venir physiquement au bureau ou à travailler depuis mon domicile pour instruire les différentes missions opérationnelles et  la gestion de l’entreprise, et insérer ainsi les déplacements et visites clients entre les différentes séances médicales.

 L’après :

Je termine actuellement mes traitements lourds.

J’ai accompagné la maladie dans son itinéraire en suivant les conseils qu’on m’a donnés et en acceptant les différentes faiblesses physiques qu’elle provoque.

Pour aider ceux qui  rencontrent la maladie pour la première fois, quel conseil donnerais tu pour concilier maladie et travail ?

Accepter la maladie. C’est très important car j’ai pu avancer dans le travail en la mettant en avant.

Je me soigne et je m’organise dans mon travail en fonction des paramètres.

Dans mon métier et notre milieu maritime, nous avons toujours l’expression « permettant », ce qui nous laisse la possibilité de nous organiser autrement par rapport à une situation.

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

La formule peut être bateau, mais rester positif m’a aidé à tenir le cap (jeu de mots et clin d’œil à mon métier !).

L’adresse ou le lien qui t ‘a été le plus utile ?

Tout le long de la maladie, j’ai beaucoup consulté les différents sites et vidéos parlant du Cancer. Ils peuvent provoquer angoisse, comme ils peuvent procurer aussi une assurance. J’ai beaucoup lu et fait le tri au quotidien.

J’ai vu tardivement ALLO ALEX. C’est un site très intéressant, factuel et pragmatique face à cette maladie.

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer une action qui te semble utile à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

Si le télétravail est possible, privilégier cette situation pour les personnes atteintes du cancer, pour organiser le travail afin de s’adapter aux conditions physiques (paramètre non maîtrisé).