17 sept 2019 Emilie DUPONT

RENCONTRE AVEC EMILIE

Qui es tu ?

Je m’appelle Emilie (jolie ? !!!), j’ai 41 ans, je suis pacsée et je vis en région parisienne.

J’ai appris mon cancer du sein lors de mon contrôle annuel. Ma soeur étant décédée de cette même maladie, je suis suivie tous les ans.

J’étais en fin de CDD pour un congé de maternité. Alors j’ai consacré tout mon temps à me soigner et prendre soin de moi, ce que je ne faisais pas auparavant. J’ai découvert différentes associations et choses pour penser à mon bien-être , comme le Yoga, le Qui-gong, la boxe (!) et la marche. Cela m’a énormément aidé !

L’annonce :

Etant en fin de CDD et la mastectomie devant avoir lieu avant la fin de mon contrat, j’en ai parlé au travail. L’équipe a été sympa même si une gêne s’est installée, ne sachant pas trop comment réagir à mon égard.

Les traitements :

N’ayant plus de travail, je me suis totalement consacrée à me soigner et à prendre soin de moi.

Au départ cela n’a pas été facile, car n’ayant pas assez travaillé, je n’avais pas droit aux indemnités journalières de sécurité sociale. J’ai du faire un recours auprès de la sécurité sociale, ce qui m’a rajouté un stress supplémentaire. Celui-ci a finalement été accepté.

En ce qui concerne mes collègues, je les ai revus une ou deux fois mais sans plus.

L’après :

J’ai un parcours un peu particulier, car à la fin de mes traitements, mon compagnon qui est militaire, a été muté. Alors que nous étions en Alsace, nous sommes arrivés en région parisienne.

C’était compliqué car je n’avais pas droit au temps partiel thérapeutique. J’ai rempli ma demande de RQTH et l’ai obtenu au bout de 9 mois.

Pendant ce temps j’ai eu quelques entretiens, mais je cherchais un temps partiel. Une fois ma RQTH obtenue, j’ai pu faire des salons dédiés aux travailleurs handicapés, mais le temps partiel restait bloquant.

Finalement c’est grâce à Cap Emploi que j’ai trouvé une entreprise adaptée. Dans un premier temps pour un CDD de 1 an, et là je viens de signer un CDI.

J’ai également participé au Job dating de Cancer@Work qui m’a apporté de nombreuses réponses à mes questions sur le retour à l’emploi.

N’ayant pas eu à concilier maladie et travail, je ne peux me permettre de donner des conseils… mais je peux quand même dire qu’un travail à temps partiel me permet de rester dans le monde professionnel, tout en conservant du temps pour moi, à travers le sport, les rencontres…etc.

L’adresse qui m’a été utile est celle de la ligue contre le cancer, car j’ai pu allier coaching retour à l’emploi et sophrologie, et différentes rencontres.

Une action qui selon moi serait utile à mener, serait d’accentuer encore plus l’information et la communication à l’intention du grand public, et pas seulement aux malades.

Pour moi la vie ne sera plus la même : Je fais beaucoup plus attention à moi, en faisant du sport, en ayant une alimentation plus saine…

Mais surtout la maladie m’a révélée « une force » que je ne pensais pas avoir !