Anne Tangy 03 sept 2019

RENCONTRE AVEC ANNE

Qui êtes vous ?

Je m’appelle Anne, j’ai 61 ans et suis directrice de la certification, formation professionnelle (public) de 7000 salariés.

Votre salariée vous a-t-elle parlé de sa maladie ? 

Oui, elle m’en a parlé bien avant son retour à l’activité.

Temps d’arrêt maladie de votre employée ?

Elle a été arrêtée pendant 2 ans.

A-t-elle maintenu un lien pendant son arrêt maladie ? L’avez-vous contactée ?

Oui, il y a eu un maintien du lien très régulier par mail et téléphone.

Comment l’avez-vous accueillie à son retour dans l’entreprise ?

Avec des réunions de préparation à la mission avec N+1, N+2 et DRH.

Ainsi que accompagnement et tuilage*, sur de nouvelles missions par l’ensemble de l’équipe.

Avez-vous allégé ses missions ? Aménagement horaires/Télétravail ?

La salariée est en mi-temps thérapeutique et en télétravail.

A sa demande, elle se déplace dans l’entreprise tous les matins mais nous lui assurons une grande souplesse quant à ses jours de présence et son lieu de travail.

Comment gérez- vous les absences de cet employée en cas de traitements/rdv de contrôle maladie ?

Avec le plus de flexibilité possible.

La salariée est en autonomie par rapport à ses traitements ou rdv médicaux et travaille sur un principe de responsabilité sur les projets qu’elle porte ou sur lesquels elle est en appui de ses collègues.

Vos trucs ou astuces pour un retour optimum du salarié après la maladie ?

Une intégration la plus rapide possible au sein d’un collectif.

Que le collectif qui accueille la personne soit informée à minima de la situation et des conditions de reprise de travail afin qu’il y ait suffisamment de bienveillance sans tomber dans un excès d’empathie qui pourrait mettre tout le monde mal à l’aise.

Le retour au travail et la façon dont il se fait dépendra, à mon sens, grandement de la personne elle-même, de la façon dont elle a vécu sa maladie, et de l’appétence qu’elle a pour reprendre le travail, de son niveau dans l’emploi.

Dans le cas présent, la personne est restée très engagée tout au long de son absence, elle avait une grande impatience de reprendre une vie professionnelle, et le plus compliqué est de s’assurer que les conditions de reprise de son activité sont bien respectées et qu’elle « n’en fait pas trop ».

* (dans le monde professionnel, le tuilage assure la continuité de la fonction de celui qui quitte son poste par une période de chevauchement entre la prise de fonction de successeur et son départ effectif)