Format site (32)

LE ROLE DU MEDECIN DU TRAVAIL VIS A VIS DU SALARIE

SALARIES DU SECTEUR PRIVE :

Dans le secteur privé, selon la taille de l’entreprise, le médecin du travail est soit médecin de l’entreprise ou commun à plusieurs d’entre elles, soit médecin d’un service de santé interentreprises. Son rôle est exclusivement préventif.

Le médecin du travail est  donc l’interlocuteur privilégié des salariés et des entreprises.

Le médecin du travail est soumis au secret professionnel et son indépendance dans ses missions est garantie.

Il procède aux examens médicaux et mène des actions en milieu de travail :

Il peut intervenir pour l’amélioration des conditions de travail, l’adaptation de postes, la prévention des risques professionnels, l’hygiène, la prévention et l’éducation sanitaire dans l’entreprise…..

Il agit exclusivement dans l’intérêt de la santé et de la sécurité des salariés pour qui, il assure une surveillance médicale.

Le médecin  qui effectue les examens médicaux n’a qu’un rôle consultatif : il ne peut délivrer ni médicaments, ni arrêt de travail, au contraire du médecin traitant.

A différents moments de votre vie professionnelle, il est donc logique que vous rencontriez votre médecin du travail.

La relation médicale entre le médecin et le travailleur doit être basée sur la confiance. En effet, un climat adéquat ne peut être instauré que si le médecin fait preuve d’indépendance, de transparence et de respect aux codes en rigueur. Les codes de déontologie médicale et de santé publique régissent la conduite des médecins, médecins du travail compris.

Ces différentes visites sont à la charge de votre employeur, y compris les frais de transport liés au déplacement en plus des honoraires du médecin.

Mission du médecin du travail :

Les examens pratiqués peuvent être de plusieurs natures :

. A l’embauche : tout salarié doit faire l’objet d’un examen médical avant l’embauche ou au plus tard avant l’expiration de la période d’essai qui suit l’embauche.

. Périodique : tout salarié doit bénéficier d’une convocation à un examen médical périodique.

. Supplémentaire : pour certains salariés soumis à une surveillance médicale particulière réglementaire.

. Reprise du travail : après une absence pour maladie professionnelle et après un congé maternité et pour toute absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel.

. Avant la reprise du travail : à l’initiative du salarié, du médecin traitant ou du médecin conseil de la Sécurité Sociale, un examen peut être sollicité préalablement à la reprise du travail (Arrêt maladie supérieur à 3 mois).

. Examens occasionnels : à la demande du salarié ou de l’employeur.

Des examens complémentaires peuvent être prescrits par le médecin du travail. Ils sont réalisés soit :

. au cours de la visite médicale, par le médecin du travail ou son assistante (examen biochimique des urines, examen de la vision, examen de l’audition, examen fonctionnel respiratoire, etc.)

. à l’extérieur, auprès d’organismes choisis par le médecin du travail (radiographies – examens biologiques – consultations spécialisées, etc.)

Certaines vaccinations motivées par un risque professionnel peuvent être réalisées par le médecin du travail.

SALARIES DU SECTEUR PUBLIC :

 La médecine de prévention doit permettre d’éviter toute altération de votre santé du fait de votre travail.

Dans les fonctions publiques, deux types de médecins collaborent.

D’une part celui en charge d’évaluer les aptitudes : Le Médecin Agréé , et d’autre part celui en charge du suivi médical et qui peut donner un avis sur l’adéquation du poste et de l’individu : Le Médecin de prévention.

Le médecin agréé ne s’occupe que des fonctionnaires titulaires puisqu’il doit contrôler l’aptitude médicale à la qualité de fonctionnaire.

Les médecins de prévention s’occupent de tous les types d’agents.

Le médecin de prévention est amené à vous rencontrer périodiquement pour surveiller votre santé.

Le rôle du médecin de prévention est donc de vérifier les capacités médicales d’un individu, à l’existence ou non de sur-risque médical d’accidents dans certains conditions d’activité, de surveiller l’apparition de maladies professionnelles (pour des risques non maîtrisés) et le cas échéant de proposer une nouvelle affectation de poste ou des aménagements ou compensations.

Mission du médecin de prévention :

La surveillance médicale des agents :

visite périodique obligatoire.

visites de surveillance médicale spéciale : de reprise après arrêt de longue durée, accident de service, et maladie professionnelle, à l’égard des femmes enceintes, des agents handicapés, des agents souffrant de pathologies particulières et des agents soumis à des risques professionnels particuliers.

. visites à la demande de l’agent, de l’autorité territoriale ou du médecin.

La visite médicale se compose de :

. Un interrogatoire détaillé portant sur les antécédents médicaux personnels et familiaux, professionnels de l’agent, sur le poste de travail occupé, avec les risques inhérents.

. un examen clinique complet.

. des examens de dépistage urinaire, visuel, auditif.

Pour compléter cet examen, le médecin peut prescrire des examens complémentaires afin de préciser la compatibilité du poste de travail avec l’état de santé, afin de dépister une maladie professionnelle, afin de dépister toute maladie dangereuse pour l’agent comme pour son entourage professionnel.

. Le médecin met à jour également les vaccinations professionnelles obligatoires au regard du poste de travail.

Le médecin peut orienter l’agent vers son médecin traitant, vers une consultation de pathologie professionnelle, vers les services sociaux, ainsi que la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

En conclusion de cette visite, le médecin donne son avis sur la compatibilité du poste de travail avec l’état de santé de l’agent et rédige une fiche d’aptitude :

. Il peut émettre un avis d’aptitude avec des restrictions temporaires ou permanentes. Dans certains cas, le médecin peut émettre un avis d’inaptitude au poste mais aptitude à un autre, voire un avis d’inaptitude à tout poste.

Dans tous les cas, il conseille l’autorité, examine avec elle les possibilités d’aménagement de poste et participe à la saisine des commissions médicales départementales pour les demandes de reclassement professionnel et de retraite pour invalidité.

Le secret médical est dans tous les cas un devoir du médecin.