Format site (28)

RENCONTRE AVEC DIDIER

Qui es-tu ?

Je m’appelle Didier Guarisco, ai 37 ans et suis co-fondateur du cabinet de conseils CHRYMELIE.

C’est un cabinet de conseils dédié au monde de la Supply Chain et des Systèmes d’Informations s’y rapportant. Nous sommes une PME de 7 personnes composée de 5 consultants et 2 associés.

Votre employée vous a-t-elle parlé de sa maladie ?

Notre employée nous a parlé de sa maladie bien avant d’être embauchée puisque c’était lors de notre premier contact, à l’entretien d’embauche.

Elle a voulu amorcer cette démarche pour être sûre d’être en phase avec nos valeurs et notre positionnement, mais également pour tester ma réaction en rapport avec cette annonce. Si je ne pouvais / voulais pas donner suite à cet échange en toute connaissance de cause, elle en aurait tiré les conséquences qui s’imposaient.

Cela a permis dès le départ de la rassurer, que sa maladie ne serait pas un frein à un recrutement potentiel. Notre volonté était de juger les compétences fonctionnelles et techniques de la candidate mais également le côté humain.

Quel temps d’arrêt maladie pour votre employée ?

Les arrêts maladie n’ont pour le moment pas dépassé quelques jours consécutifs. Notre salariée est dans le suivi de sa maladie et doit donc procéder aux différents examens de suivi médical mais aussi faire face à d’autres désagréments liés aux conséquences de la maladie, ce qui peut l’amener à devoir s’arrêter temporairement.

A-t-elle maintenu un lien pendant son arrêt maladie ? L’avez-vous contactée ?

Le lien est maintenu continuellement. La direction est maintenue au courant dès qu’il y a le moindre souci de santé ou le moindre rdv à prendre pour un examen de suivi.

Nous avons une particularité en tant que cabinet de conseils car notre salariée est consultante pour nos clients. Nous avons donc besoin d’agir en toute transparence entre nous, mais également vis-à-vis de notre client chez qui notre salariée intervient. Le référent chez le client est donc par conséquent également au courant de la situation médicale de notre salariée.

Comment l’avez-vous accueillie à son retour dans l’entreprise ?

Le retour dans l’entreprise n’a pas été d’actualité pour notre salariée, car elle est arrivée dans notre cabinet après avoir été malade. Nous sommes dans la phase avale de la maladie et la gestion est donc totalement différente d’un retour à l’emploi suite à la maladie. Il s’agit de s’adapter en fonction des rendez-vous médicaux ou des soucis de santé liés à la maladie.

Avez-vous allégé ses missions ? Aménagement horaires/Télétravail ?

La particularité de notre métier nécessite d’être transparent entre tous les acteurs. Nous avons donc communiqué de manière transparente auprès de nos clients où notre salariée intervient. Cela permet de pouvoir adapter le mode d’intervention en fonction des besoins de notre salariée.

Nous apportons, soit plus de flexibilité sur la nature des missions, mais également en proposant selon le besoin des jours de télétravail pour éviter des déplacements dans les transports.

Comment gérez- vous les absences de cette employée en cas de traitements/RDV de contrôle maladie ?

Cela est géré naturellement, par des dépôts de congés pour effectuer le suivi médical.

Que vous a-t-il manqué ? Qu’est ce qui aurait pu vous aider ?

Pour le moment, la gestion se réalise de manière naturelle, étant donné que nous sommes dans une relation de confiance entre salariée et entreprise. Nous adaptons notre organisation en fonction des besoins de notre salariée.

Vos trucs ou astuces pour un retour au travail optimum ?

De la transparence et de la flexibilité, ce sont les deux aspects à ne jamais négliger.