Format site (23)

RENCONTRE AVEC CAROLINE

Qui es tu ?

Bonjour, je m’appelle Caroline, j’ai 42 ans, je suis mariée et ai 2 enfants. Je vis en maison dans un village en Isère.

Après ma grande fête des 40 ans, organisée chez moi avec 100 invités, j’ai senti en me palpant une boule sous le sein et l’axillaire droit.

Ma mère était déjà passée par le cancer du sein à 2 reprises et pour de la prévention, mon médecin m’avait prescrit une mammographie à faire dans l’année.

J’avais attendu de terminer cette fête pour prendre rendez vous. Le bénéfice des superbes vacances en Dordogne et cette joie d’avoir pu réunir une grande partie de mes proches se sont envolés. L’année 2016 a été coupée en deux !

Après les premiers RV : Scanner, biopsie, IRM … j’ai été en arrêt maladie. Ce n’est qu’après quelques mois, où j’avais la tête ailleurs, que j’ai réalisé que j’étais en « maladie ordinaire » pour la DRH du travail ! J’ai dû faire une demande pour qu’ils me mettent en « congé longue maladie » !

Mon protocole était : 6 séances de chimio, une ablation du sein droit, 25 séances de radiothérapie et 12 injections d’immunothérapie sous cutané.

Le travail, pour moi, c’est secondaire !  même s’il est utile dans le sens où il me permet de nourrir ma famille et qu’il m’apporte une activité régulière.

 Mon parcours « maladie et travail :

 L’annonce :

J’ai choisi d’en parler. J’ai tout de suite informé ma chef de service, qui m’a beaucoup soutenue, puis le reste de l’équipe et la direction. Les réactions en générales ont été rassurantes, enveloppantes et réconfortantes.

Les traitements :

J’ai décidé de m’arrêter de travailler pour affronter la maladie, pour survivre aux traitements et m’occuper pleinement de ma guérison.

J’ai gardé un lien avec mon équipe, par téléphone, par SMS et toutes les trois semaines environ, j’allais leur rendre visite pour la pause-café, ou bien nous déjeunions ensemble au restaurant ou encore je les invitais à la maison autour d’un bon plat de lasagnes.

Ce lien a été l’une des aides très importante pour moi.

Ma responsable m’a toujours informé de la vie de mon service et de l’institution, avec les différents mouvements. Un projet de fusion avec un autre service était en place et se concrétisait.

L’après :

J’ai préparé mon retour, avec ma chef de service, avec ma référente DRH, avec le médecin du travail, le médecin expert.

J’ai envoyé une demande écrite pour la reprise du travail à mi-temps thérapeutique, avec un certificat médical de mon médecin traitant.

J’ai sollicité également une demande de télé-travail, 1 jour toutes les 2 semaines.

Au bout de 9 mois de reprise, je suspens 3 mois de mi-temps thérapeutique, pour les garder après mes opérations de reconstruction.

Je recommence donc à temps plein avec 2 jours de télé-travail et je pose 1 journée de congés par semaine sauf si surcroît d’activité. Cela me permet de reprendre progressivement sans épuisement. J’ai également mis en place du co-voiturage avec un collègue sur 2 jours.

Aujourd’hui, à quoi ressemble ton quotidien au travail ?

Les 4 premiers mois ont été plutôt agréables et encourageants car j’étais encore dans ma petite structure à 11 km de chez moi. J’ai été très bien accueillie et remise à niveau au fur et à mesure. Je travaillais tous les matins.

La fusion engendre de surcroît un effectif plus important, avec un mode de fonctionnement différent. Je me trouve dans un bureau où nous sommes 3 et où il peut y avoir du passage. C’est assez difficile pour moi de me concentrer et de m’intégrer car je suis présente deux jours sur trois. Les collègues sont assez individualistes et ne me font pas trop participer à leurs conversations…

Je ressens la fatigue assez vite car j’ai maintenant 40 km (aller) à parcourir, et je travaille toute la journée.

L’activité en elle-même est moins intéressante car nous avons des missions en moins. Du coup je n’ai pas trop le goût à venir travailler, je m’ennuie parfois.

Je me raccroche à la nature, à la méditation où à la marche que je pratique pendant le temps de pause du déjeuner, j’essaye de positiver mais ce n’est pas évident tous les jours.

J’ai envie de changer éventuellement de profession ou en tous les cas, j’aimerai faire une longue formation pour approfondir mes connaissances dans la méthode Pilates ou des méthodes douces telle que le massage métamorphique.

J’attends d’abord mes opérations de la reconstruction pour avoir la tête et le corps plus disponible.

Pour aider ceux qui  rencontrent la maladie pour la première fois, peux-tu nous confier tes  trucs pour concilier maladie et travail ?

De rester en lien avec ses collègues pour faciliter le retour.

De préparer la reprise en informant ses responsables et collègues de ses éventuels changements (concentration, mémorisation, grande fatigue…)

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

Positivisme, méditation, sophrologie, marche, lecture guide spirituel (Le pouvoir du moment présent…), outils techniques (LPG, les 4 accords Toltèques, la méthode Ho’oponopono,…)

L’adresse ou le lien qui t ‘a été le plus utile ?

La brochure « Le retour au travail après un cancer » a pour objectif d’aider les patients ayant été traités à anticiper et préparer le retour au travail. Je l’ai transmis à ma chef de service et mes collègues avant de reprendre le travail pour qu’ils en prennent connaissance. C’est très utile pour soi et les autres.

La cure de remise en forme 2 jours par semaine pendant 3 mois au centre de rééducation « Les IRIS » à Lyon (Marcy-l’Etoile) : tremplin après les traitements pour se reprendre en main tant au niveau physique que psychique.

Le séjour femmes : « A chacun son Everest » avec Christine Janin à Chamonix : une semaine de joies intenses, de rencontres inoubliables, de ressources, de confiance en soi, de dépassement de soi.

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer 3 actions qui te semblent utiles à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

Action 1: Garder le lien.

Action 2: Mettre en place des dispositifs adaptés : mi-temps thérapeutique, télé-travail, …

Action 3: Communication, reconnaissance, encouragement.