Format site (11)

RENCONTRE AVEC NICOLE

Qui es-tu ?

J’ai 52 ans, mariée avec deux enfants de 23 et 25 ans. J’habite la région Rhône Alpes.

Le diagnostic est tombé alors que mon fils était en réanimation entre la vie et la mort. Autant dire que toutes mes certitudes sont tombées d’un coup. Je travaille depuis 11 ans dans la même entreprise. J’ai la chance de travailler dans le milieu médical avec médecins, infirmières et assistantes sociales donc autant dire un milieu très bienveillant.

Mon parcours « maladie et travail »  :

 L’annonce :

J’ai pu en parler tout de suite avec mon manager. Elle est très à l’écoute et bienveillante. J’ai eu beaucoup de soutien de la part de tous mes collègues. J’ai pu m’arrêter le temps que je souhaitais sans pression aucune. Pas d’organisation spécifique mise en place

Les traitements :

Je me suis arrêtée dès le diagnostic. Je pensais reprendre le travail en faisant en même temps les séances de rayons, mais finalement j’ai accepté l’arrêt de travail jusqu’à la fin des traitements. Je me suis arrêtée 7 mois, puis repris à 50 % pendant 2 mois et 80 % pendant 1 mois dans le cadre d’un temps partiel thérapeutique.

J’ai toujours eu des liens avec mes collègues et ma hiérarchie. J’étais tenue au courant de l’actualité du service et j’étais présente lors de chaque évènement informel.

L’après :

J’ai repris en temps partiel thérapeutique et j’ai pu faire du télétravail.

Juste avant le diagnostic, je venais de changer de responsabilité. A mon retour, je n’ai pas eu la force, ni l’énergie de conserver ce poste. C’était très difficile même en ayant un collectif bienveillant.

J’ai pu reprendre un poste que je maîtrisais et les choses sont rentrées dans l’ordre. Je regrette de ne pas mettre arrêtée plus longtemps car je me rends compte qu’il faut une année après la fin de la chimio pour se sentir en forme.

Quel serait LE conseil que tu donnerais à ceux qui rencontrent la maladie pour la première fois ?

Prendre le temps de s’arrêter

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

Etre en lien avec son collectif de travail

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer 3 actions qui te semblent utiles à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

Action 1 : garder un lien avec le salarié pendant son arrêt, le mettre en contact avec les personnes compétentes en cas de perte de salaire.

Action 2 : en lien avec le salarié, préparer le retour, anticiper la reprise et prévoir les aménagements éventuels.

Action 3 : Accueillir le salarié à son retour, faire des points réguliers sur son travail et le rassurer sur ses compétences.