Test nouveau Canva (66)

RENCONTRE AVEC VERONIQUE

Qui es-tu ?

J’ai 56 ans, j’ai 2 enfants de 32 et 29 ans, un garçon et une fille, j’habite  en proche  banlieue de Lyon. Je vis seule depuis un certain nombre d’années.

C’est en 2003, l’année de la canicule que mon cancer du sein a été découvert alors que j’occupais un poste de responsable de boutique à Lyon.Je vivais alors seule avec mes enfants de 11 et 14 ans.

Cette annonce fût un choc puis un bouleversement dans ma vie. Tout est allé très vite opération, chimio, radiothérapie. Accompagnée de très près par une de mes sœurs et entourée de famille et d’amis… mais seule malgré tout pour mener ce combat.

J’ai immédiatement arrêté de travailler et n’ai repris ce poste qu’à la fin de tous les traitements et d’un temps de récupération A mi temps pour commencer puis progressivement j’ai repris mon activité à temps plein. Après ces traitements, j’ai été reconnue être atteinte de fibromyalgie…. ça a été long et laborieux car à l’époque on en parlait très peu…

Plus tard cette boutique a fermé donc chômage (7 mois) et reprise d’un poste aux Arts de la table pour lequel je me suis battue afin d’en devenir responsable… et en novembre 2014 annonce d’une récidive alors que j’étais à mille lieux de cette idée et « à fond dans mon projet de travail ».

« Coup de massue » refus d’ y croire, découragement total, anéantissement…. et comme la première fois je me suis laissée prendre en charge assez vite, même si j’ai refusé de quitter mon travail avant d’avoir terminé l’année et d’être opérée avant les fêtes de fin d’année.

Donc en janvier 2015, re- opération du même côté avec cette fois ci mastectomie… puis re-chimio et re-radiothérapie….. grrrrrrrrr !!!

Seule cette fois ci chez moi, avec 11 ans de plus, le combat a été beaucoup plus pénible et m’a énormément marqué.

Cette récidive m’a profondément changé et a modifié ma façon de voir les choses et d’envisager les priorités…. j’ai donc décidé de prendre mon temps, de prendre soin de moi, et de placer mon travail en seconde position, voir loin loin derrière moi…. c’est seulement au bout de 3 ans donc que j’ai décidé de reprendre mon activité au « sein » de cette même entreprise qui m’« attendait »…!

Aujourd’hui je n’occupe plus ce poste de responsable puisque je ne travaille que 12h par semaine (pour un début) mais ça me convient très bien. J’ai une reconnaissance de travailleur handicapé, suis passée en invalidité 2. J’ai donc cette petite pension, un très petit revenu mais je fais avec car je n’ai pas d’autre solution et je m’en arrange. Il est entendu avec l’entreprise que je pourrai augmenter ce nombre d’heures de travail quand je le souhaite…. pour le moment je reprends un nouveau rythme et j’ai malgré tout encore besoin de beaucoup de temps de repos.

Mon parcours « maladie et travail » :

 L’annonce :

Je n’ai pas vraiment choisi de ne pas en parler et j’aborde volontiers le sujet si c’est nécessaire pour expliquer pourquoi « je ne fais que 12h », pourquoi je ne fais pas certaines tâches (manutention)(vu avec médecine du travail),pourquoi je ne veux plus assumer certaines pressions et tâches qui ont occasionné cette récidive… dans l’ensemble, j’ai été assez bien  entendue, bien accueillie avec bienveillance et respect…. dois je préciser que je travaille dans un univers de femmes… ?!!!

Je n’ai pas caché à ma manager que « je n’étais plus la même » et que donc je posais des restrictions, des conditions, des retenues à ma reprise… et j’ai été entendue !

Si je reconnais que cette reprise est plutôt positive, il n’empêche que j’ai assez vite été confrontée à mes propres démons qui m’ont fait penser que finalement en faisant si peu d’heures,  je ne servais à rien dans l’entreprise, que j’étais plus un boulet qu’autre chose etc etc….. c’était un jour de fatigue et de découragement…. je me suis vite « recadrée » reprise en main, j’ai remis de l’ordre dans ma tête pour arriver le lendemain au travail  « toute neuve » fière de moi, de mon courage, de ma volonté et bien  décidée à occuper ma place sans honte vis à vis des autres et d’ assumer pleinement mon état …!

Il faut être vigilant et ne pas se laisser impressionner par son entourage quelque fois assez maladroit ! Et même si on subit malgré tout à un moment ou un autre le sarcasme de certains ou certaines il faut autant que possible ne pas y accorder d’importance et poursuivre son chemin, le sien, celui que l’on se trace chaque jour, puisque chaque jour est différent , sans trop penser au lendemain… car c’est bien le présent qui compte .

Avec le médecin du travail, j’ai demandé un aménagement particulier (assis debout, chariot pour transporter la marchandise, organisation et répartition du temps de travail etc) et tout à été appliqué…!

Les traitements :

Pour les 2 « fois » les traitements ne m’ont pas permis de poursuivre mon travail… ça a été décidé par l’oncologue compte tenu de la « lourdeur » des traitements dont j’ai gardé beaucoup de séquelles.

Je suis restée très très proche de mes collègues (pour mon 2ème cancer) et je leur rendais visite régulièrement sur leurs lieux de travail et nous nous sommes parfois retrouvées autour d’un verre ou au resto… je choisissais les jours où j’étais  » visible »…  je n’ai jamais porté de chevelure mais des foulards… je me suis présentée plus d’une fois avec mes foulards devant mes collègues… on me faisait toujours des compliments… j’avais pourtant parfois une drôle de mine… mais j’ai toujours assumée avec humilité et simplicité. Elles étaient toujours contentes de me voir, et moi ça me permettait de ne pas me sentir en dehors du coup…!

J’ai suivi de très près les nouveaux produits, l’activité du groupe et c’était important qu’on ne m’oublie pas… je ne regrette pas c’est peut être aussi pour cela que le retour s’est fait un peu comme si je n’avais pas quitté l’entreprise… pourtant j’ai repris un poste sur un autre point de vente avec une autre équipe.

L’après :

Ce retour a été préparé en effet principalement avec ma manager et la RH de l’entreprise, et bien sûr avec la médecine du travail, le médecin conseil, des assistantes sociales, ma psy, et mon médecin traitant.

Aujourd’hui, à quoi ressemble ton quotidien au travail ?

RIEN n’est comme avant, je vis comme si je n’étais pas là pour très longtemps… rien de triste mais une autre façon de voir les choses et dieu sait si justement j’en fais des choses!!!

Je suis partout à droite à gauche, je ne fais que ce qui me plaît de faire et je ne vois que les gens qui me plaisent de voir…(dans la mesure du possible !) Je ne m’impose plus de contraintes qui me compliquent la vie, je ne m’encombre plus de ce qui pourrait me nuire. Je profite de chaque petit plaisir du jour, et me nourris de choses simples mais vraies…!

DONC LE TRAVAIL N’OCCUPE PLUS DU TOUT LA MEME PLACE …!

J’ai pris beaucoup de recul et je m’y investis moins, quitte à ne pas retrouver le poste que j’avais et la rémunération qui va avec… (je préfère manger des pommes de terre tous les jours et continuer mes balades appareil photo à la main…!)

Je ne sais pas si on se découvre après une épreuve comme celle là … ? Je pense que l’on n’a pas vraiment le choix si on veut ne pas perdre pied, il faut s’armer de courage,de volonté et d’humilité.

Cette récidive m’a énormément marqué, je n’ai pas vécu cette 2ème fois de la même façon, et il m’est vraiment très difficile de ne pas Y penser…. je suis marquée au fer, dans mon corps qui n’est plus le même non plus. Grâce à la lingerie Amoena, je m’habille comme je veux, personne ne sais que j’ai un sein en moins… je vais à la piscine et au bord de la mer.

Mais le fameux TAXOTERE m’ a détruit définitivement les pieds (syndrôme pieds mains) et j’ai de gros problèmes pour me chausser et pour marcher, donc… là encore je fais avec …!!!

Pour aider ceux qui  rencontrent la maladie pour la première fois, peux-tu nous confier tes 3 trucs pour concilier maladie et travail ?

Essayer de rester en contact avec son entreprise pendant l’arrêt de travail.

Mais ne plus y consacrer toute son énergie et envisager d’autres priorités.

Compter sur soi et se faire confiance.

Quel serait LE conseil que tu leur donnerais ?

S’entourer des bonnes personnes et oublier les autres.

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

Garder le lien avec l’entreprise et les collègues.

L’adresse ou le lien qui t ‘a été le plus utile ?

Rester curieuse et à l’écoute, aller chercher l’information où elle se trouve sans se disperser… et revenir à soi.

Se procurer « Cancer et Travail »  de Anne-Sophie Tuszynski, j’ai ce livre à côté de mon lit en permanence et je le consulte de temps en temps… c’est le livre que j’ai acheté quand j’ai décidé de reprendre mon travail.

J’ai aussi  « la guerre des tétons » 😉 de Lili Sohn

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer 3 actions qui te semblent utiles à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

Action 1 : Les DRH doivent être informés des droits des malades afin de mettre en pratique ces droits au moment de la reprise.

Action 2 : Des équipes d’assistantes sociales, de psys, de médiateurs  etc… devraient être mises en place dans la plupart des entreprises pour venir en aide aux malades.

Action 3 : Créer un programme pour venir en aide aux gens seuls avec de faibles moyens et qui ne peuvent pas faire autrement (les pommes de terre ça va un temps…. 😉 !!!