Test nouveau Canva (55)

RENCONTRE AVEC JEAN-FRANCOIS

Qui es-tu ?

58 ans, marié, 2 enfants, j’habite près de Saumur, et je suis directeur d’agence bancaire.

J’ai appris mon cancer du poumon stade 3B la veille de mon 56 ème anniversaire. Ce ne fut pas une surprise, cela faisait deux ans que je travaillais avec une fatigue de plus en plus présente et trois mois que j’étais soigné pour un rhume qui n’en finissait pas. Une radio du poumon faite à ma demande 15 jours avant avait déjà, malgré les discours rassurant des personnels soignants, suggéré  la mauvaise nouvelle.

Mon parcours « maladie et travail » :

 L’annonce :

C’est dans la salle d’attente que mon épouse a prévenu tout le monde dont les collègues de travail (pas l’employeur directement). Nous avons pris beaucoup  de décisions dans cette salle d’attente, dont celle de fermer le magasin de mon épouse puisque le temps m’était compté. C’était il y a deux ans…

J’ai eu la chance d’avoir un environnement de travail très empathique et ce durant toute la période difficile. Un livre photos m’a été adressé avec des commentaires de chacun et des photos. C’était une initiative des collègues de ce groupe de 80 personnes environ, pas de l’entreprise mais ça réchauffe le cœur . Merci à CL .  Ce groupe m’a aidé à  tenir pendant les traitements.

Je n’ai pas appelé l’entreprise directement, j’ai délégué cette tâche, je ne sentais pas assez d’empathie pour le faire, je n’en avais pas envie, c’est tout. Et pour ne pas générer de malentendu l’entreprise ne m’a jamais nuit non plus, elle m’a regardé survivre  et aurait pu aggraver la situation en me remplaçant définitivement ce qu’elle n ‘a pas fait, merci à elle.

Les traitements :

J’ai eu 2 mois et demi de traitement avec une chimiothérapie et une radiothérapie concomitamment. Habitant a 90 minutes du CHU c’était 4 heure de trajet par jour ….Ce fut très dur mais bon on se fait à tout. Aussi je ne pouvais pas travailler. Le seul objectif c’était survivre !

Mes chimios étaient sur 3 semaines .Cela donnait une semaine sans manger (impossible) une semaine à manger un peu, une semaine à reprendre le poids perdu et ainsi de suite. Cette troisième semaine j’allais déjeuner tous les jours avec mon équipe au restaurant et je passais un moment à signer quelques dossiers.

L’entreprise ne m’y a pas autorisé mais elle ne me l’a pas interdit, me laissant de plus mes pouvoirs de décision. Un soutien tacite… Ces moments m’ont fait je pense énormément de bien. Ne pas rompre le lien avec le milieu professionnel. On m’aurait remplacé à mon poste, serais-je encore là ?

L’après :

Puis dans ce combat contre la maladie un élément vous pourrit aussi la vie : L’argent !

Et c’est très difficile d’avoir les bonnes informations : combien de temps ai je droit à des indemnités journalières, combien de temps en mi-temps thérapeutique, ai-je une prévoyance entreprise, etc……

J’ai eu la chance de croiser  un collègue atteint d une autre maladie en ALD qui m’a donné plein d’informations  lors d’une cérémonie de vœux tel que la neutralisation des impôts sur le revenu (que la CPAM n avait pas neutralisé !)  Merci à lui

Les indemnités journalières ne sont pas éternelles, j’ai donc commencé à reprendre lentement en mi-temps thérapeutique  8 mois après l’annonce.. D’abord à 50 %, puis j’ai augmenté peu à peu pendant 8 nouveaux mois pour reprendre à plein temps ensuite.

Aujourd’hui, je suis à plein temps, ma vie rythmée par mes scanners trimestriels. Je privilégie bien entendu la famille qui a été d’un indéfectible soutien (les pauvres….).

Je fais mon travail le mieux possible et mon objectif c’est de partir en voyage avec mon épouse dès que je le peux.

A 58 ans on ne peut changer de travail que dans les livres et je n’ai plus beaucoup de pages…

Alors on vit au jour le jour.

Mon entreprise a adhéré à Cancerwork., Peut être un début ?

Pour aider ceux qui  rencontrent la maladie pour la première fois, peux-tu nous confier tes 3 trucs pour concilier maladie et travail ?

Quel serait LE conseil que je leur donnerais ?

Se faire confiance. On est en mode survie. Prendre  du recul sur les donneurs de conseils et faire ce que l’ on peut comme on peut, au rythme que l’on peut. Le côté « Warrior » souvent mis en avant m’a toujours insupporté. Nous n’avons pas de courage particulier, on se bat pour survivre.

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

La cohérence cardiaque.  Exercice de respiration de 5 mn  (1er cours des 4ème année de médecine pour gérer leur burn- out probable). Je ne prends quasiment jamais d’anxiolytiques grâce a cela.

L’adresse ou le lien qui t ‘a été le plus utile ?

J’aurais pu répondre ALLOAlex mais je viens juste de le découvrir. Mieux vaut tard que jamais !

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer 3 actions qui te semblent utiles à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

Un référent RH qui connait nos droits

Le malade c’est pas contagieux et ça produit quand même….

Un peu d’empathie et des facilités sur les horaires ou les objectifs. Le temps plein vous oblige à diminuer le sport.

Un mot pour finir Merci à mon épouse et à mes enfants de m’avoir toujours soutenu et supporté.