Test nouveau Canva (50)

RENCONTRE AVEC SARAH

Qui es-tu ?

Je m’appelle Sarah Péb, je vis en région parisienne.

J’ai eu mon cancer du sein à 30 ans. J’étais déjà comédienne et humoriste à l’époque (après avoir passé 4 ans en agence de communication a la suite de mes études, j’étais revenue à mes premiers amours pour le théâtre et le cinéma)

 Mon parcours « maladie et travail » :

 L’annonce :

Côté professionnel, je n’en ai parlé qu’à Vincent Azé, le metteur en scène de mon premier one woman show que je jouais à l’époque, « Les 7 conseils pour trouver le bon mec et le garder ».

Je me rappelle lui avoir dit au bar où l’on se retrouvait avant le spectacle, en face du théâtre. Il m’a conseillé de ne pas en parler dans le métier pour me protéger.

Je n’avais de toutes façons pas envie d’en parler donc ça m’allait bien !

Et je pense que cela m’a beaucoup aidée à l’époque que les personnes du milieu ne sachent pas ce que je traversais – je pense que j’avais un peu peur que leur regard change et puis il y a quelque chose de magique sur scène ou devant la caméra, le temps s’arrête, la maladie n’existe plus.

Poursuivre mon métier m’a donné beaucoup de force dans le combat.

Les traitements :

Je ne me suis pas vraiment arrêtée.

Au moment de l’opération j’étais entre 2 programmations du spectacle.

J’ai appris mon cancer la veille de Noël, il me restait une date du spectacle dans les jours suivants, je me suis fait opérer mi-janvier et j’ai rejoué le spectacle 3 semaines après mon opération.

Et ensuite pendant la radiothérapie, je m’étais arrangée pour faire mes séances le matin quand je jouais le soir pour avoir le temps de me reposer si nécessaire.

Et lorsque je ne jouais pas le soir et avais besoin de travailler la journée notamment pour des répétitions de théâtre, je faisais les séances le soir.

J’ai eu 3 mois et demi de rayons, 5 fois par semaine.

Ça m’a beaucoup aidée de continuer la scène, mon métier. Je n’ai jamais eu autant de projets qu’à l’époque.

Pendant les traitements, je jouais donc mon one woman show sur la loose de l’amour, « Les 7 conseils pour trouver le bon mec et le garder ».J’ai aussi répété le rôle de Manon pour une pièce, adaptation du roman de Marcel Pagnol, ainsi que le rôle de Gloire dans la pièce « Gloire aux Justes », texte de la culture juive traduit pour la 1ere fois de l’hébreu.

J’ai aussi tourné dans une web série de l’animateur TV/Radio Cauet.

L’après :

Comme je ne me suis pas arrêtée, il n’y a pas vraiment eu de retour.

En revanche je peux clairement dire que la maladie a changé ma vie professionnelle dans le sens où elle m’a permis de m’affirmer dans mon métier de comédienne. Je ne viens pas d’une famille d’artiste et il m’aura fallu un Bac + 5, 4 ans dans une agence de communication et mon K (cancer) pour enfin assumer ce choix d’une vie d’artiste.

Mon K (cancer) m’a permis d’être moi.

Je fais le métier que j’aime, je me concentre sur les personnes positives et solaires de mon entourage.

J’ai entendu que la maladie ne nous changeait pas mais qu’elle amplifiait ce que l’on était déjà. J’étais déjà une bonne vivante mais j’apprécie encore plus la vie aujourd’hui et je profite pleinement car on ne sait pas de quoi demain sera fait.

Je relativise aussi plus vite beaucoup de choses. Et je suis encore plus hyper active qu’avant comme si le temps m’était compté…

Et ce qui a été essentiel pour moi dans l’après, ça a été de témoigner, de partager mon histoire. On se demande souvent pourquoi tout cela nous est arrivé, je sais ce que la maladie m’a apportée à titre personnel comme je le disais plus haut, mais je me suis aussi dit comme j’étais artiste que cela m’était peut-être aussi arrivée pour que je témoigne justement.

Je l’ai fait dans un premier temps dans un livre « Sarah 30 ans mon cancer même pas peur ! » paru aux Editions Michel de Maule en 2015 et je le fais aujourd ’hui sur scène depuis juin 2017 dans un seul en scène « K Surprise » que j’ai co-écrit avec Elise Mc Leod qui me met en scène.

Le livre comme le spectacle ont le même but, passer le relais pour je l’espère de tout cœur en aider d’autres touchés par la maladie, et l’entourage qui ne sait pas toujours tout de notre combat.

Et dans les 2, le ton est le même, mon humour qui m’a beaucoup aidée dans l’épreuve et permet de parler autrement de la maladie et il y a aussi toutes les autres émotions que j’ai traversées, les moments de colère ou de vulnérabilité, mais sans aucun pathos.

J’espère aussi pouvoir ainsi sensibiliser et passer un message d’espoir, un cancer à 30 ans c’est possible mais on peut s’en sortir, avec un amour de la vie renforcé.

Le message du spectacle comme du livre est d’ailleurs aussi de profiter de chaque moment de la vie.

Grâce au livre et au spectacle, j’ai rencontré de nombreuses K fighteuses et aussi quelques K fighters et je dirai que la plus belle chose qui me soit arrivée grâce au K, ce sont ces belles rencontres et ça n’a pas de prix!

Pour aider ceux qui  rencontrent la maladie pour la première fois, peux-tu nous confier tes 3 trucs pour concilier maladie et travail ? 

Etre à l’écoute de son corps, ne pas forcer, prendre soin de soi.

Dialoguer avec ses collègues pour s’organiser dans l’équipe et faire part de ses besoins.

Trouver les médecines parallèles qui peuvent aider et soulager, acupuncture, homéopathie, magnétiseur, ostéopathie.

Quel serait LE conseil que tu leur donnerais ?

Si comme moi vous êtes heureux dans votre métier, continuez à être pleinement impliqué(e) autant que possible ( bien sûr selon votre forme) car ce sera une grande force pour traverser cette épreuve. Et sinon peut-être est-ce l’occasion d’un changement pour trouver ce qui vous convient le mieux.

Et ne pas hésitez à faire appel aux copines !

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

Le sport pour se défouler, prendre de l’énergie, prendre soin de soi et avoir le sentiment de garder le contrôle de son corps.

L’adresse ou le lien qui t’a été le plus utile ?

A l’époque je n’ai pas regardé les forums et sites et je le regrette (mon oncologue m’avait dit de ne surtout pas aller voir sur le net), chaque cas étant unique, pour ne pas faire de parallèles trop rapides.

J’ai découvert assez tard avec la sortie de mon livre la plupart des sites.

Les 2 premiers que j’ai découvert sont : « Mister K » de Charlotte Husson et le blog de Catherine Cerisey, 2 kfighteuses qui font partie de mes plus belles rencontres grâces au K.

J’ai beaucoup apprécié de lire sur leurs sites respectifs les témoignages me découvrant ainsi des points communs avec les k fighteuses & fighters alors que mes propres médecins niaient souvent mes douleurs et/ou les effets secondaires des traitements.

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer 3 actions qui te semblent utiles à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

 J’ai essayé de répondre en m’adaptant au monde de l’entreprise :

Action 1  : Adaptation du temps de travail et Télétravail

Action 2 : Re-répartition des tâches dans l’équipe.

Action 3 : Dialogue ouvert avec le manager et l’équipe pour faire part de ses besoins et de ses limites : faire des points réguliers !