Test nouveau Canva (43)

RENCONTRE AVEC MURIEL

Qui es-tu ?

Je suis Muriel alias Mumu, 36 ans, la collègue dynamique et rigolote (embauchée depuis 12 ans).

Comment la maladie est elle arrivée dans ta vie ? Travaillais- tu quand tu as découvert la maladie ?

Fin octobre 2015, je sens une boule au dessus du sein, je sais qu’elle est anormale. Je n’en parle pas ou peu, jusqu’aux examens qui ont lieu en novembre car je sais qu’il faut que j’agisse vite!!! Je prends des heures de récupération et je file aux contrôles….

Le 1er décembre 2015, le verdict tombe et avec beaucoup de larmes, il faut l’annoncer aux proches, puis au travail.

J’embauche donc le lendemain matin à 8h30, en enchaînant un rendez-vous avec mon chirurgien dans l’après-midi.

Annonce du protocole : tumorectomie + 6 cures de chimio + curage axillaire complet droit + 28 rayons de radiothérapie.

Je décide de ne rien cacher à mes supérieurs de tout ce qui se passe, et je leur annonce que je vais devoir m’absenter pour une durée indéterminée : un CDI , un « Congé à Durée Indéterminée » !

Personne ne savait comment faire, employeur et moi même, alors nous nous sommes souhaités respectivement un bon courage, et qu’on se tenait au courant…

Mon parcours « maladie et travail » :

 L’annonce :

J’ai décidé d’en parler dès que je l’ai su. Ma hiérarchie ainsi que mes collègues étaient sous le choc, ils m’ont dit de prendre le temps qu’il me fallait pour me soigner et qu’on se tenait au courant. Cela a été tellement soudain qu’on n’a pas pu organiser mon départ, je suis partie du jour au lendemain. Heureusement on est une grande société, mais mes collègues ont un peu galéré avant d’avoir du renfort…

Les traitements :

J’ai préféré me concentrer sur moi-même, j’ai été égoïste pour une fois….! Je ne voulais pas me sentir malade ou regardée différemment au travail, donc je me suis arrêtée pour ne me concentrer que sur moi et mettre toute mon énergie à guérir.

Avec les réseaux sociaux et puis mon conjoint (pas facile d’ailleurs pour lui car il devait répondre à tous) qui travaille dans la même société, on se donnait des nouvelles. Avec quelques unes des collègues, que je voyais déjà avant la maladie, on continuait de se voir… ma hiérarchie ne savait pas comment faire pour prendre des nouvelles, aborder la maladie, éviter les maladresses… pas facile ! Alors j’avais peu de leurs nouvelles, sauf par mon conjoint.

L’après :

J’ai écrit à tous dès que j’ai eu l’ordre de reprise immédiate du médecin conseil de la CPAM, autant vous dire que je n’ai pas été préparée !

De plus un accord de temps thérapeutique m’a été accordé  pour un mois (après 1 an et demi d’arrêt), j’ai donc contesté la décision de la CPAM et j’ai eu un report pour 3 mois. J’ai fait une visite de pré- reprise sur ma demande avec le médecin du travail, puis j’ai repris début septembre. Cela tombait mal car rentrée scolaire et aucun de mes responsables n’étaient là pour mon retour.

J’ai donc repris mon poste comme si je n’avais jamais été malade. Une maladresse……j’étais perdue et j’avais envie de faire demi-tour, la société avait changé…  j’ai rencontré la RH seulement un mois après mon retour et idem ça tombait mal car le médecin du travail était parti à la retraite.

J’ai donc eu la visite avec un médecin 1 mois après alors que le délai légal est de 8 jours… j’ai eu du mal à accepter cela car depuis juillet je les avais prévenu , en discutant avec eux plus tard ils ont reconnu leur maladresse et m’ont expliqué qu’il était délicat de parler de maladie et de travail , ils n’avaient pas été confrontés à cela et ne connaissaient pas mes difficultés.

Aujourd’hui ça va mieux avec eux, ils comprennent, ils essaient de faire bien, avec une mise en place d’un ergonome pour étudier mon poste… je n’ai plus la même résistance, je suis fatiguée ( car en temps complet depuis 3 mois) et je manque de concentration. Je suis dans un service après vente dans une société logistique, avec mon handicap je n’exerce plus le métier de cariste, cependant la partie administrative est difficile… c’est un métier qui demande de la concentration et de la réactivité.

Je le fais avec des efforts surhumains parfois qui me vident de toute mon énergie. «Je bug» comme je dis souvent, les troubles cognitifs sont bien là et c’est dur l’après cancer car la maladie ne se voit plus… c’est difficile car ce n’est pas un métier qui me  passionne!

J’ai envie de changement , mais chaque chose en son temps…! Je pense faire un bilan de compétences afin de voir ou revoir mes priorités, puis je ferai des formations. Je suis autodidacte, je n’ai pas beaucoup de diplôme (B.E.P Comptabilité). Je pense m’orienter dans l’aide sociale auprès des malades du cancer. Je n’ai pas de tabou, ni peur de la maladie. Avec cette maladie, j’ai ouvert une page Facebook « MON CRABE PAULO » * et un compte Instagram: mumuverger (mon crabe paulo), j’y ai raconté mon aventure, mes conseils, astuces, les infos utiles…

Pour aider ceux qui  rencontrent la maladie pour la première fois, peux-tu nous confier tes 3 trucs pour concilier maladie et travail ?

 – garder le contact avec ses collègues et sa hiérarchie.

– prendre son temps et prendre soin de soi.

– parler de ses difficultés au travail avec les professionnels de la santé.

Quel serait LE conseil que tu leur donnerais ?

Faire un métier qui te passionne.

LE truc ou astuce qui t’a aidé ?

Continuer le sport, et ne pas hésiter à demander de l’aide auprès des collègues.

L’adresse ou le lien qui t ‘a été le plus utile ?

Allo Alex , ainsi que mon association en région centre ONCO 41, et la médecine du travail.

Pour aider à faire progresser les entreprises sur la maladie au travail, peux-tu nous citer 3 actions qui te semblent utiles à mettre en place pour mieux concilier maladie et travail ?

1° Au retour dans l’entreprise, être accompagné(e) ( visite des lieux, présentation des changements).

2° Garder le contact ( par mail et/ou par téléphone).

3° Que les professionnels de la santé soient formés afin d’évaluer les difficultés du cancer au travail.

*  https://www.facebook.com/MonCrabePaulo/