Formt site (3)

RENCONTRE AVEC LEA

Qui es-tu ?

 Léa 39 ans. Je vis dans les hauts de seine. Je suis veuve et ai une fille de 9 ans.

 Quelle est ta formation ?

 Maîtrise en gestion et technologie de production + Bachelor of Sciences in European Business with Technology.

 Quel est ton métier?

 Commerciale en mobilier de bureau ergonomique.

Depuis quand l’exerces-tu ?

2 ans.

Pourquoi l’as-tu choisi ?

J’ai choisi de vendre du mobilier de bureau ergonomique qui permet de préserver la santé tout en améliorant le bien-être et la performance au travail.

Mon poste de commerciale me laisse un certain degré de liberté dans mon organisation de tous les jours, ce qui facilite la logistique à la maison et me permet d’optimiser mon agenda pour pouvoir passer du temps avec ma fille.

Quel est ton lien avec la maladie ?

J’ai accompagné mon mari tout au long de son cancer, pendant 4 ans.

Comment as-tu accompagné le malade ?

En tant que personne de confiance, j’ai assisté à quasiment tous les rendez-vous avec les docteurs, après l’avoir aidé à préparer au préalable, des listes de questions et des notes sur les symptômes/effets secondaires ressentis.

Le soutien à la maison était à tous niveaux. Par exemple, quand il avait des nausées je lui préparais des assiettes composées froides, sans odeur. Quand il était trop fatigué, je l’emmenais en voiture à l’école pour qu’il puisse y accompagner notre fille, puis le ramenais à la maison.

J’ai essayé de l’entourer avec beaucoup d’amour, jusqu’à son dernier souffle.

As-tu rencontré des difficultés particulières ?

Mon mari s’est vu diagnostiquer un cancer de stade IV quand j’étais enceinte de 7 mois.

La fin de grossesse a été beaucoup plus mouvementée que prévu…. Il était en chimio le jour où j’ai perdu les eaux.

L’oncologue lui a accordé une permission de 24h pour qu’il puisse me rejoindre et assister à l’accouchement.

Il est arrivé et reparti en ambulance.

Les années suivantes il a ensuite fallu apprendre à gérer les émotions de notre petite fille, qui était très en colère face à la maladie de son papa.

Enfin certains amis et membres de la famille ont « disparu » du jour au lendemain, ce qui s’est avéré assez difficile à accepter.

Quel a été l’impact sur ta propre vie professionnelle?

Mon mari était ingénieur cadre dans un petit bureau d’études en énergie renouvelable.

Les premiers protocoles de chimio étaient intenses et il ne pouvait plus travailler.

Mon père a dû prendre la direction du bureau d’étude à plein temps et gérer le remplacement de mon mari.

De mon côté j’ai aussi dû négocier la cessation de contrats avec deux fournisseurs, afin de pouvoir reprendre l’activité d’agent commercial de mon père.

Les nuits étaient courtes et hachées car il fallait jongler entre les tétées nocturnes du bébé et les vomissements du papa.

La fatigue se ressentait sur mon travail pendant la journée, ce qui se traduisait notamment par des difficultés de concentration.

Quoi / qui t’a aidé ?

Mes parents m’ont beaucoup aidée à gérer la logistique à la maison. Ma mère faisait souvent les courses, et nous préparait de bons petits plats. Mon père nous a tous deux beaucoup aidés au niveau professionnel.

De merveilleux amis étaient également très présents, et d’un grand soutien moral.

La PMI (protection maternelle et infantile)  nous a aidés à obtenir une place en crèche pour notre fille. L’équipe de la crèche et la psychologue nous ont apporté de précieux conseils et une écoute bienveillante. La psychologue de la PMI a ensuite beaucoup aidé notre fille à surmonter l’épreuve, ce qui était très positif pour tout le monde à la maison.

Quoi / qui t’aurait aidé ?

J’aurais apprécié trouver plus facilement des informations sur l’absence, d’aide pour les jeunes cadres, de même que des conseils sur la manière d’élever et d’accompagner psychologiquement un enfant en bas âge face à la maladie de son jeune parent.

Un meilleur suivi entre l’hôpital et le généraliste de ville aurait été facilité la prise en charge des effets secondaires des traitements, et donc la qualité de vie de toute la famille à la maison.

 A ton avis, quelles qualités / compétences as-tu gagné ou développé en étant indirectement confronté à la maladie ?

 Je pense avoir développé patience et débrouillardise. J’ai aussi beaucoup appris sur la gestion des émotions.

 As-tu développé un nouveau projet?

Afin d’aider les jeunes parents qui se retrouvent confrontés à la maladie, j’ai écrit le livre « Comment parler du cancer d’un jeune parent à son enfant » paru aux Editions Josette Lyon.

J’ai également créé le portail http:///www.cancerjeuneparent.com , ainsi que la page Facebook du même nom.

J’y rassemble des conseils et astuces pour communiquer avec l’enfant autour de la maladie, ainsi que des astuces pour faciliter le quotidien des parents.

La page Facebook relaye également des actualités autour des thèmes cancer et parentalité.

 Comment as-tu connu Allo Alex ?

 J’ai rencontré Karen ( AlloAlex) lors du colloque « Cancer et Trajectoire Professionnelle » à Marseille en novembre 2017.

Quelle info essentielle aimerais-tu partager ?

La mutuelle a essayé de ne verser que la moitié des indemnités journalières prévues dans le contrat!

A nouveau après le décès ils ont essayé de ne verser que la moitié de la rente éducation…

Pensez à bien tout vérifier, et n’ayez pas peur de demander à votre employeur de vous soutenir en cas de problème!

 

.