stéphane

Rencontre avec Stéphane

Stéphane a 46 ans et habite Bègles.

Divorcé et père de deux enfants, il partage avec nous son expérience de la maladie et des impacts sur sa vie professionnelle.

Quelle est ta formation ?

Carreleur Mosaïste et Logisticien Transport

Quel métier exerces- tu ou aimerais-tu exercer ?

Cela est plutôt compliqué, j’ai 18 ans de logistique et transport puis Artisan Mosaïste Carreleur et un divorce a fait basculer ma vie, perte de mon entreprise,maison, vie familiale et professionnelle.Pour rebondir j’ai pris de l’Intérim en logistique et un accident de travail en suivant avec une reconversion professionnelle que j’ai arrêtée suite à mon cancer.

Pourquoi as-tu choisi ce domaine ?

Je suis un homme de terrain, j’ai besoin d’action, de défis, donc très actif avec un coté perfectionniste tant sur l’organisation que sur le relationnel avec un fort tempérament je l’avoue.

Quant à la partie Artisan, j’avais et j’ai toujours besoin d’une totale indépendance afin de mettre à profit un besoin de créativité dans mes projets ainsi que la satisfaction des clients.

Quand tu as appris que tu avais un cancer, quelle était ta situation professionnelle?

Concrètement Il y a eu deux étapes, une première entre 2009 et 2011 en lien avec un gros choc personnel et affectif, perte de poids, différents symptômes et recommandations des médecins de faire très attention à moi, mais à cette époque, j’avais la tête dans le guidon et toujours très actif .

Je n’ai rien dit à personne, préférant continuer mon travail pour l’aspect financier.

Puis, j’ai quand même pris en compte certaines recommandations des médecins en prenant la décision de faire chemin seul et en protégeant une personne qui a eu et a toujours une place très importante dans ma vie, car je ne souhaitais pas qu’elle supporte la maladie. Étant elle même dans une étape douloureuse de sa vie, je me suis fait violence dans cette décision, mais au final je n’ai rien écouté des conseils des médecins sûrement pour essayer d’oublier mon choix de faire chemin seul (c’est le plus mauvais choix que j’ai fait).

Puis a force de tirer sur la corde et en reconversion pro pour être Formateur, on m’annonce un lymphome de hodgkin agressif stade 4 !

As-tu choisi d’en parler à ton entourage professionnel ?

Sur le plan professionnel, non, juste a deux personnes du fait de ma reconversion. Pour le reste j’ai pris sur moi et franchement, pas envie d’en parler, surtout besoin de comprendre , d’avaler la nouvelle. Personne n’est préparé à un cancer !

Puis sincèrement le regard et les propos des autres à ce moment précis de la maladie, je n’en voulais pas, je me suis fait une carapace pour me protéger, mais je pense que nous devons être nombreux  dans ce cas à ce moment précis de la nouvelle.

 

Comment les gens ont-ils réagi ?

Comme je l’ai dit, je me suis fait une carapace et étant très indépendant, peu de personnes savaient sur le diagnostic de mon cancer, mais ont vu que j’avais perdu plus de 30kg, mon visage avait changé donc pas difficile de comprendre.

Dans l’ensemble j’ai eu une réaction de mes voisins vraiment agréable, beaucoup de mots très gentils et du soutien qui font beaucoup de bien.

Idem pour ma famille, mes amis, très restreints mais présents, une très bonne réaction sans aucun jugement et c’est cela que j’attendais de leur part.

As-tu continué à travailler ou à te former ou t’es-tu arrêté pendant les traitements ?

Non, dans mon état de santé, impossible et pas le choix, je n’arrivais même plus à me lever, j’ai donc tout arrêté , préférant prendre soin de moi.

As-tu rencontré des difficultés particulières ?

Oui très difficile j’avoue, vivant seul avec mes enfants, un actif qui devient passif et dépendant des autres par force ! Donc oui sur le moral et le physique cela a été très compliqué et de même sur l’organisation au quotidien : le ménage, les courses, les papiers administratifs, repas des enfants et impossibilité de conduire, tout a été difficile.

Pour la partie relationnelle, c’était limité, après les chimios plutôt envie d’être tranquille et de toute façon le fait de discuter me fatiguait beaucoup dans les débuts, impossible d’avoir un échange de plus de 2 mn, cela demandait beaucoup trop d’énergie puis l’effet chimio sur le cerveau c’est plutôt en mode «off » merci les post’its, j’ai refait la déco de la maison (rire).

Mes enfants m’ont beaucoup aidé et pour compagnie ma chienne (très réceptifs les animaux c’est impressionnant!)

Donc oui c’était lourd, je l’avoue et avec le recul ,c’est même la solitude, l’isolement et toutes les questions que l’on se pose qui ont été le plus difficiles à gérer que mes chimio .

Qu’est-ce qui et/ou qui t’a aidé ?

Au départ pas grand chose, car pas prêt pour une quelconque aide ou association. Puis mon envie de me battre pour mes enfants, je sortais d’un mauvais divorce avec une reconstruction totale et divers parcours dans ma vie pas simples..je ne pouvais tomber plus bas !

Alors j’ai pris du recul, relativisé sur la maladie en commençant par penser à moi, pas par égoïsme mais pour aller de l’avant et que mes enfants puissent voir leur papa reprendre le goût à la vie.

Quand j’ai accepté mon cancer, mon corps qui change ainsi que le regard des gens dans la rue…Car oui le regard des gens est bien présent , mais peu m’importe au contraire, je plaisantais sur ma maladie et aucun tabou sur le sujet, c’était et c’est la meilleure façon pour avancer. Par la suite quand je me suis senti prêt, j’ai pris contact avec les différents services de l’institut Bergonié et la Ligue du cancer afin de suivre différents ateliers pour me remettre debout.

Cela n’a pas été simple, mais les ateliers sont nécessaires pour cette nouvelle vie, cela nous permet de mettre en place un relâchement mental qui en découle sur le physique. J’ai donc eu différents accompagnements tant avec l’institut qu’avec la Ligue du cancer , toujours présents à ce jour.

 

Qu’est-ce qui et/ou qui aurait pu t’aider ?

Être moins seul dans mon quotidien de la maladie, moins de contraintes administratives qui restent très lourdes en temps normal car avec la maladie cela est un vrai parcours et cela demande beaucoup d’énergie.

Quel a été l’impact du cancer dans ta vie professionnelle ?

Ma réponse va sûrement surprendre, mais la maladie a eu un coté positif pour ma part. Cela m’a permis de faire un point sur mon nouveau chemin de vie , mes attentes et mon besoin professionnel.

J’ai pris beaucoup de distance et un rapport totalement différent avec le monde du travail. Je souhaite maintenant travailler pour vivre et non vivre pour le travail.

As-tu changé de métier / parcours ? Ou développé un nouveau projet ?

J’ai effectivement développé un projet avec une pré-orientation pour commencer ( un gros bilan de compétences en continue sur 3 mois) et par la suite sûrement une formation de deux ans dans le secteur Architecture BTP ou un autre secteur, mais j’y réfléchis.

A ton avis, quelles qualités et compétences as-tu gagné en étant confronté à cette maladie ?

J’aborde la vie différemment, elle m’a donné une « seconde chance » pour un nouveau départ, je ne crois pas au hasard mais chaque événement ou rencontre de notre vie a une raison.

Même si maintenant, je suis dans une insécurité sanitaire ( mon point de vue perso), cela m’a appris à relativiser au quotidien, j’ai repris confiance en moi dans la positivité, zénitude et surtout je m’entoure de gens positifs en profitant de chaque jour présent.

J’ai appris à vivre avec ce que j’ai, avec apaisement et fait de très belles rencontres humaines dans le secteur des associations avec qui je suis toujours en relation et pour certaines/certains une tres belle amitié.

Comment as-tu connu Allo Alex, as-tu déjà testé les services?

Allo Alex : c’est par le biais de l’institut Bergonié dans la cadre de la mise en place de CAP’ONCO ( Conseil et Accompagnement à la reprise professionnelle), il y a deux modules, les ateliers de rééducation cognitive et les temps d’information collectifs.C’est donc sur les temps d’information que j’ai connu Allo Alex.

La réunion a été très riche , très intéressante et des personnes humainement formidables.

Pour l’instant, je n’ai pas encore testé, mais je partage un maximum car Allo Alex est un passage important pour nous tous et le principe de la hot line est plutôt intéressant.

 

As-tu quelque chose à rajouter ou des infos essentielles que tu aimerais partager ?

Franchement, mon témoignage pour Allo Alex, c’est pour moi encore une étape de franchie face à la maladie, tout en positif.

Être ici, c’est juste magique, personne n’est a l’abri du Cancer, il faut savoir qu’il existe tout un réseau présent pendant et après la maladie et le « avant et après » en est de même pour notre vie personnelle, il faut en tenir compte pour aller de l’avant.

Alors, Merci Allo Alex , Merci à toutes les personnes présentes pendant ma maladie et je sais qu’elles se reconnaîtront.

Merci aussi aux différentes associations qui m’ont permis d’aller de l’avant.

Et surtout grand MERCI à mes deux enfants qui ont eu un comportement exemplaire face à ma maladie et qui ont toujours été présents pour m’aider au quotidien, je suis un papounet vraiment fier et ils sont la plus belle de mes richesses .

Courage et force pour votre combat et prenez soin de vous. Au plaisir d’un prochain partage.
Stéph.